Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Communes théologiques > Communes de Paris > Commune théo de Montmartre : rire contre le manque de liberté (...)

Article publié

Commune théo de Montmartre : rire contre le manque de liberté ?

mercredi 12 janvier 2011, par :

La commune théologique de Montmartre a tenu le lundi 6 décembre sa deuxième réunion préparatoire à la préparation de la Cafetière de la Mission populaire qui a eu lieu du 9 au 11 janvier 2010. Le lundi 31 à 19h30, nous aurons une nouvelle réunion où nous ferons échos de la cafetière et envisagerons la suite (La Maison Verte 127, rue Marcadet 75018 Paris M°Lamarck ou Jules Joffrin). Voici le compte-rendu fait par Rémi de la réunion du 6 décembre.

Réunion précédente : Limites de l’humour. Peut- on rire des handicapés ? Rire : résistance ou soupape qui arrange le système. Résistance : résistance par rapport au pouvoir de l’Argent ….

Intervention de Bruno Ehrmann

Anecdote de Guy Bedos : « dans un voyage au Maroc, dans l’avion, plein d’arabes, le pilote est arabe ». C’était pour ridiculiser les racistes ; mais après le spectacle, des « Pieds noirs » : « Enfin quelqu’un qui dit la vérité ! ».

Marina

Marina avec sa famille, a vécu jusqu’en 1978 en Espagne sous le régime de Franco. Fin de régime. Gros attentats :
- contre Carrero Blanco (ministre)
- exécutions contre les derniers militants de l’ETA.

Souvenirs : a vécu dans un environnement contrôlé dans un quartier de Madrid. Gardien : que l’on considérait comme un agent de police. Notre maison a été perquisitionnée a cause du gardien ; On vit avec le souci d’être contrôlé en permanence : on l’intègre tout a fait. On se surveille par rapport aux gens qu’on fréquente.

Marina était scolarisée dans une école italienne, fréquentée par 80% d’Espagnols. Une de ses amies avait un père policier : on n’en parlait pas…. Les parents de Marina étaient expatriés …. Les enfants ont vécu un épisode « folklorique » : ils se sont tous faits arrêtés. Les Lycéens du lycée italien étaient les organisateurs d’une manifestation. De six à dix-huit ans, ils ont été arrêtés. Et ont été emmenés à la Garde Civile. Les parents étaient à l’extérieur pour récupérer les enfants. Marina avait alors neuf ans. A le souvenir qu’on ne pouvait faire confiance à personne …. Surveiller son expression : de fait, est ce qu’on pense d’une façon différente ? Non, Marina ne croit pas. Ennemi extérieur. Pas de liberté de pensée. Faire évoluer sa pensée comme une pensée de résistance. Michel Foucault dans « Surveiller et punir » a insisté sur l’importance de Jérémy Benthane (école utilitariste). Son panopthicon, système de prison.

Il n’y a plus besoin d’être répressif, on adapte son comportement en fonction du fait qu’on se croit surveillé même si on ne l’est pas : système « d’espèce de vitres sans teint ».

Des fenêtres sur l’intérieur du cylindre sont toutes visibles de la tour centrale de contrôle par un seul gardien.

Basile

On peut se moquer des gens qui nous surveillent. Dans une vieille maison de famille, il y avait de vieux livres, notamment des Bibles découpées en morceaux, sans couverture, ni page de garde. Donc, la Police au XIXème s. pouvait venir sans problème. Les policiers étaient trop « bêtes » pour penser que c’étaient des Bibles. Cela se passait à Madagascar.

A fait une thèse au Commissariat de l’Energie atomique. A obtenu le droit de faire une thèse dans un endroit dangereux ; en contrepartie, il était surveillé. A la fin de cette thèse, aucun document n’a été signé pour le dégager de cette contrainte, autrement dit on peut continuer à le surveiller.

Autres souvenirs …. Un copain d’étude en théologie, alors qu’il était étudiant communiste « a viré avec Alain Krivine » : il a été exclu du mouvement communiste. En Mai 1968, il fut « très calme ». Après 1968, quelques copains et sa femme, ont eu le désir de déposer une bombe dans une imprimerie. La femme qui était guetteuse ne fût pas avertie quand quelqu’un a prévenu d’un danger à l’aide d’un talkie-walkie : tous sont sortis et la femme a été arrêtée. Après, ils furent écoutés. La façon de se « moquer » des policiers était de communiquer dans la nature ou dans des parcs (impossible d’être écoutés) et pas dans des maisons ou des voitures (possible d’être écoutés).

Il a fait partie d’un groupe d’Américains se réunissant dans la salle Martin Luther King ( ?). Ce groupe réfléchissait sur la politique des USA notamment par rapport aux Droits Humains. Il n’était pas bien vu que les USA ne tiennent pas trop compte des Droits de l’Homme. Deux noirs sur 4 ou 5 militants ont détourné un avion de Chicago vers l’Algérie. « Les Panthères noires » ont récupéré un million de dollars. Puis ont disparu dans la nature. Donc les 4 ou 5 militants sont allés en France se faire emprisonnés. Basile a écrit sur ces militants. L’Ambassade des USA nous a surveillés. Les Renseignements Généraux (R.G.) nous ont suivis. Un des R.G. leur a dit qu’ils étaient effectivement sur écoute téléphonique.

Aux USA, il y a eu un document envoyé, à des hommes et femmes politiques, des personnalités de tous bords, notamment Angela Davis. Un sommet Nord-Américain fut organisé très tard. Il n’y a pas eu de délégation étrangère. Les photographes photographiaient la tribune et la salle. Un photographe n’arrivait pas à (nous) photographier ensemble Angela Davis et Basile. On se moquait de lui. On se moquait, d’une certaine manière du Federal Bureau of Investigation (F.B.I.) : on peut se moquer de ceux qui nous surveillent. On avait la conviction que les policiers étaient « bêtes ».

En Hongrie …. la coopération…. une dame (nous) accompagnait quand on sortait et nous surveillait. Un dimanche, elle nous a dit de prendre un bateau. On ne l’a pas fait. On a alors rencontré Carlos. On est allé à Paris…. Nouvelles clefs dans une valise…. « Les flics sont amusants » a dit Basile a une policière…. Valise ouverte ….

…. Il existe une formation pour « oser » dès l’enfance….

…. Stéphane Guillon n’imaginait pas que sa direction avait un pouvoir sur lui. « On m’a demandé de vous faire taire. », a dit François Cluzel, alors patron de Radio-France, (avant Jean-Luc Hees) a Stéphane Guillon.

Stéphane

…. Blagues dans les pays de l’Est : on se moque du pouvoir.

Marina


Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts