Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > La révolution des technologies de l’information à lumière de la (...)

Article publié

Existe-t-il des liens entre Bible et nouvelles technologies ?

La révolution des technologies de l’information à lumière de la Genèse

vendredi 3 mai 2013, par :

Ce texte est une version plus détaillée d’une série de deux articles publiés dans le journal Réforme.

La grande révolution scientifique, technique et culturelle du 21ème siècle n’est probablement pas venue là où beaucoup l’attendaient, c’est-à-dire sur un plan purement matériel. Elle est apparue sous une forme à la fois très présente et peu palpable : les technologies de l’information.
Le changement n’en est pourtant que plus grand, même s’il est moins perceptible et plus difficile à appréhender, caché sous le voile d’une technologie parfois invisible, de concepts et d’une terminologie indéchiffrable pour le commun des mortels. Que dire en effet de ce fruit de la science qui nous promet aujourd’hui d’abolir l’espace, le temps et la connaissance ?

Cet ensemble de technologies, devenu très rapidement un indispensable de notre vie, peut aussi nous donner le vertige si nous osons nous arrêter un instant. C’est ce que nous voulons faire, ici et maintenant, en exposant ces dernières créations de l’homme à la lumière de nos vieilles sagesses, et notamment celles contenues dans le livre de la Genèse. Ce premier texte de la Bible et de la Torah, fondamental pour les trois religions du Livre (judaïsme, christianisme et islam) porterait-il en son sein des éléments d’analyse, de réponse ou même des indications sur une voie à suivre ?
Il semble en tous cas qu’il nous transmette des analogies troublantes, en cette époque de transition difficile.


Quand la technologie se pare des attributs divins

Dans les différentes traditions spirituelles, religieuses ou philosophiques, les attributs du Divin sont en général les suivants : l’omniniscience, l’omnipotence, l’omniprésence et l’éternité (abolition du temps). On rajoute souvent à cela, l’amour gratuit (l’amour inconditionnel « agape » de la culture chrétienne), qu’il soit dirigé vers Dieu, vers soi-même ou vers l’autre. Cet amour qui permet de nous relier, a d’ailleurs été à l’origine même du terme « religion » dont l’étymologie prend sa source dans le terme latin « religare » (se relier).

Ces attributs, les technologies de l’information d’aujourd’hui, en particulier avec les dernières évolutions vers l’Internet mobile et le « cloudcomputing », sur lesquelles nous reviendrons plus loin, donnent l’impression de vouloir se les approprier et paraissent même déjà tendre vers eux comme une limite convoitée. Les promesses qui nous sont faites sont en effet d’abolir le temps et l’espace en ayant un accès illimité et apparemment gratuit à toutes les connaissances, le tout porté par une puissance (de calcul, de stockage, de recherche) devenant apparemment sans limite. Une personne équipée d’un smartphone n’a-t-elle pas en effet l’impression d’avoir accès, en tout temps, en tout lieu, à presque toutes les connaissances de l’humanité, par le biais du moteurde recherche « google » par exemple ? N’est-il pas aujourd’hui possible de se connecter, de se relier à toute personne disposant d’une connexion au réseau ? Les capacités de calcul et de stockage offertes ne semblent-elles pas illimitées, à l’échelle d’un être humain ?

Ce qui aurait pu paraître impensable il y a seulement 20 ans est aujourd’hui réalité.
L’homme (image de Dieu), ainsi complété de ses nouveaux attributs technologiques qu’il a lui-même créés, parait vouloir se faire Dieu, renverser l’ordre établi dans le premier chapitre de la Genèse :
« Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa. » (Genèse 1 :27)

Mais derrière cette image que nous donne la technologie, derrière cette illusion de liberté et de pouvoir infini ainsi donné à l’homme de cette fin d’époque, se cache également un risque pour cette même liberté et pour la vie. Ce danger, nous le détaillerons plus loin.

Mais avant cela, continuons notre ascension jusqu’à avoir le vertige, au dessus des nuages…

Encore plus haut, toujours plus haut : la tour qui touchait les nuages

Dans le chapitre 11 du livre de la Genèse, on peut trouver l’histoire bien connue de la Tour de Babel dans laquelle une humanité se servant « de même langue et des mêmes mots » décide de construire « une ville et une tour dont le sommet touche le ciel ». En voici un extrait :

« Allons ! Dirent ils, bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel. Faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre. »
Le SEIGNEUR descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils d’Adam.
« Eh, dit le SEIGNEUR, ils ne sont tous qu’un peuple et qu’une langue et c’est là leur première œuvre ! Maintenant, rien de ce qu’ils projetteront de faire ne leur sera inaccessible !
Allons, descendons et brouillons ici leur langue, qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres ! »
De là, le SEIGNEUR les dispersa sur toute la surface de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville.
Aussi lui donna–t–on le nom de Babel car c’est là que le SEIGNEUR brouilla la langue de toute la terre, et c’est de là que le SEIGNEUR dispersa les hommes sur toute la surface de la terre.
 »

Si ces symboles trouvent une réalité dans les tours de la finance qui contrôlent aujourd’hui le monde avec leur langue unique (l’anglais international), leur système de valeur unique et leur moyen devenu objectif unique : l’argent, ils en trouvent également une avec Internet et ses évolutions récentes.

Sur Internet, une seule famille de langages (protocoles en informatique) permettant à tous les ordinateurs du monde de dialoguer entre eux, le plus connu étant le protocole IP (« Internet Protocol »). Initialement, ces « langages » étaient tournés vers un équilibre donnant la possibilité à chacun d’être acteur et récepteur, client et serveur dans un vocabulaire informatique, chacun pouvant héberger ou recevoir des informations. Sur un plan spirituel, on dirait actif/contemplatif, masculin/féminin (Genèse 1 :27) ou yang/yin suivant sa culture d’origine.

Mais ce paradigme initial qui a fait les débuts de l’Internet est en train de se renverser pour faire place à un système dominé par quelques géants, préfigurant un retour vers un système centralisé tel que l’était le Minitel en son temps. La différence étant que le centre ou plutôt les centres appartiennent aujourd’hui à des multinationales et pas à des états. La conséquence en est que ces dernières se font de plus en plus dominatrices derrière une apparence qui en est l’opposée.

Ce renversement de paradigme, c’est le virage récent vers le « cloud computing », dont la terminologie même est intéressante puisque l’expression signifie littéralement l’informatique dans le nuage. Avec le « cloud computing », au lieu d’avoir nos photos, nos courriels, nos logiciels, les documents de notre entreprise ou de notre administration sur des ordinateurs situés chez nous, chez la société ou l’administration pour laquelle nous travaillons, ils seront dans le nuage, sur Internet. Il s’agit par exemple du stockage en ligne et des applications en ligne (Google Apps, coffres forts électronique, applications métiers en ligne, webmails, etc.).
Il est d’ailleurs intéressant de noter que certaines de ces applications permettent d’effectuer de la traduction en ligne (des pages internet notamment), abolissant ainsi les langues à un autre niveau : c’est par exemple le cas de « Google translate » ou « Yahoo Babel fish ». Pour ce dernier, on peut remarquer la triple référence biblique : « Yahoo » qui est plus tard devenu « Yahve » (Dieu) et évidemment la Tour de Babel et le poisson.

Mais ce nuage, qui est en train d’aspirer les informations, les connaissances, les capacités de calcul (l’intelligence ?) de ce monde, qu’est-il concrètement ?

Sur un plan purement physique, ce sont des centres de données (« datacenters ») qui sont d’immenses salles surprotégées et climatisées contenant chacune des centaines ou des milliers de serveurs informatiques (gros ordinateurs) appartenant en général à des multinationales américaines comme Amazon, Google, Facebook, Microsoft ou à leurs sous-traitants. Les données qui étaient, au début d’Internet, éparpillées sur les millions d’ordinateurs d’organisations ou de personnes comme vous et moi, sont donc en train d’être centralisées dans ces gros centres de données. La connaissance et « l’intelligence » du réseau Internet passe ainsi d’un mode réparti à un mode multi-centralisé. On peut au passage remarquer que, bien que cela soit peu perceptible, l’utilisation de ces services a un coût matériel, énergétique et donc écologique important.

Pour l’aspect financier, ces services sont payés « à la consommation » directement en argent ou indirectement en regardant de la publicité et en offrant, souvent sans en avoir conscience, des données et informations personnelles. Celles-ci, sont capitalisées par des « régies publicitaires en ligne » et toute une nébuleuse d’acteurs intermédiaires, détenus souvent par les mêmes multinationales que celles dont nous avons déjà parlé (Google par exemple). Elles leur permettent en retour de nous afficher des publicités ciblées avec une finesse croissante, nous soumettant de manière répétée à la tentation sur les articles auxquels nous avons résisté une première fois, voire d’anticiper nos désirs (analyse prédictive), nous conduisant ainsi vers une servitude invisible.

Cette publicité en ligne est probablement devenue le « nerf financier » d’Internet, à l’exception de quelques sites, issus en général du monde du logiciel libre et financés souvent par des dons et « micro dons » (Wikipedia par exemple). Certains spécialistes comparent même ces énormes masses de données personnelles ainsi générées à un nouveau gisement à exploiter comme ont pu l’être l’or ou le pétrole : c’est le « big data ». Il est également intéressant de remarquer que les nouveaux modèles de publicité ciblée (« RTB », places des marchés publicitaires en temps réel) sont directement inspirés par la finance moderne. On peut ainsi y voir encore une analogie inversée avec le passage de Genèse 1:27. La publicité, fille du capitalisme et de la finance (du Dieu de l’argent en quelques sortes) devient à l’image de son origine. On peut même y percevoir les aspects « mâle et femelle » qui n’existaient pas dans la publicité classique. En effet, les acteurs de publicité ciblée sur Internet captent de l’information à l’internaute dans un premier temps, puis lui envoient une publicité qui lui est destinée, dans un second temps, en général sans lui avoir demandé son consentement.

On retrouve aussi l’aspect « mâle et femelle » à un niveau plus macro et sur un plan technologique :le cloud computing nous fait passer d’acteur/récepteur à récepteur, de client/serveur à client. Nous dépendons donc totalement des serveurs informatiques de Microsoft, Google ou Facebook parce-que nous n’avons plus d’accès direct aux données que nous leur avons confiées et qu’ils en revendiquent en général la propriété (cf. les conditions générales des services que presque personne ne lit). Ils sont donc devenus les intermédiaires, les points de passage obligés pour l’accès à l’information. L’équilibre initial est ainsi brisé.
Enfin, une autre question se dessine alors autour de cette gigantesque base de données multi-centralisée, cet immense arbre de la connaissance en cours de construction : Qui le contrôle, le contrôlera demain et comment sera-t-il utilisé ?

Car l’information c’est le pouvoir, sur un plan temporel tout au moins…

Pour le plan spirituel, il semble que l’accès à la porte du Royaume ait été condamné à ceux qui se croient forts, puissants et intelligents. Et que cet effort du « tout contrôle technologique » soit vain et ne puisse que les éloigner du seuil de cette « porte étroite », qui d’après Jésus, nécessite la simplicité et le désencombrement d’un enfant pour la traverser.
Mais revenons un moment à un autre texte de la Genèse.

De l’arbre de la connaissance à l’arbre de Vie

Voici comment, au travers de symboles forts, deux arbres particuliers sont présentés à l’homme dans le jardin d’Eden : l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal (Genèse, chapitre 2).
« Le SEIGNEUR Dieu fit germer du sol tout arbre d’aspect attrayant et bon à manger, l’arbre de vie au milieu du jardin et l’arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais.
[…]
Le SEIGNEUR Dieu prescrivit à l’homme : « Tu pourras manger de tout arbre du jardin, mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais car, du jour où tu en mangeras, tu devras mourir.
 »

Cet arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais a été interprété de mille façons. Ici, nous nous contenterons d’en donner deux. La première, qui se place sur un plan spirituel et moral, est celle d’une connaissance dualiste par laquelle l’homme se fait juge, au travers de son petit « moi » qui se fait temporairement Dieu, de ce qui est bien et de ce qui est mal.

La deuxième se place sur un plan plus matériel et c’est celle qui va nous intéresser maintenant. Il s’agit de la connaissance intellectuelle, en particulier scientifique et technique, qui porte en elle des conséquences bonnes ou mauvaises, des germes créateurs et des germes destructeurs, si elle n’est pas portée par une sagesse éclairée par en haut, si elle n’est pas nourrie par l’arbre de vie.

Le fameux « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » semble y faire echo.

Or, Internet n’est-il pas devenu aujourd’hui, en partie, cet arbre de la connaissance qui porte en lui les deux germes à un homme qui semble devoir retrouver une sagesse perdue ? N’est-il pas devenu également un amplificateur de liberté sur le plan matériel, social et culturel et également un accélérateur de temps pour un homme qui ne sait plus s’en affranchir ?

On pourrait remarquer que la structure d’arbre est omniprésente dans l’Internet. Depuis l’architecture arborescente des noms de domaines jusqu’aux arbres de décisions utilisés par les algorithmes de ciblage publicitaire. Mais revenons plutôt au concret par trois exemples bien connus illustrant ce qui a été développé précédemment. Le premier est l’application Google Books, de la société Google Inc. qui est en train de numériser l’ensemble des livres édités par les grandes maisons d’édition et hébergés au sein des grandes bibliothèques de notre planète. A l’aide de la fonctionnalité « Livres » du moteur de recherche, il est déjà possible d’effectuer des recherches dans plus de cent millions de livres. Le deuxième est le réseau social Facebook qui compte aujourd’hui environ un milliard d’utilisateurs qui y projettent leur image virtuelle et pour lesquels il stocke une quantité de données à faire pâlir ce qu’aurait pu espérer n’importe quel service de renseignements (cf. également Genèse 1 :27). Le troisième exemple, enfin, est le réseau Tweeter qui raccourci les échelles de temps pour tendre vers l’immédiateté.

Dans ces trois exemples, le service est gratuit, accessible à tous pour tous. Et il est incontestable que ce type de services peut être d’une grande utilité à de nombreuses personnes, petites entreprises, associations ou ONG.

Dans le même temps, derrière cette illusion, dans chacun de ces exemples, ces connaissances sont centralisées. Elles sont aux mains d’une seule société, sur les disques durs de serveurs informatiques situés dans des gros centres de donnés très bien gardés qui lui appartiennent. Et si cette société ne facture pas directement aux utilisateurs ces matériels et ses milliers d’ingénieurs, c’est qu’elle retire un bénéfice immense des informations qui lui sont ainsi offertes.

D’ailleurs, sur ce sujet de la centralisation des données chez des sociétés américaines, il n’est pas inutile de rappeler que depuis les nouvelles lois promulguées aux Etats-Unis à la suite des attentats du 11 septembre 2001 (Patriot Act), les services de renseignements américains peuvent accéder à peu près librement aux informations détenues, dans le cas où ils ne les auraient pas déjà…

La phrase de Jésus « Vous êtes nus devant le Ciel, tout ce qui est voilé sera dévoilé » (évangile apocryphe de Thomas, logion 6), qui trouve également son pendant dans les épitres de Paul et qui s’applique au monde spirituel, semble ici se faire prophétie dans le monde matériel. On se rappellera également de la signification du terme grec « apokálupsis » qui signifie dévoilé, découvert. La question est « dévoilé » pour qui ?

Quand il s’agit des sociétés privées déjà évoquées (ou d’autres), des organismes gouvernementaux et in fine des personnes qui les contrôlent et s’attribuent ainsi des pouvoirs quasi divins, on peut se demander s’ils ont vraiment la sagesse, celle qui vient d’en haut, pour supporter le poids et la responsabilité de toutes ces informations ?

Se sont-ils nourris d’assez de fruits de l’arbre de vie pour se faire gardiens de ce nouvel arbre de la connaissance ?

Et cette nouvelle tour de Babel, dont les fondations ne semblent pas bien profondes, ne va-t-elle pas s’effondrer sur elle-même comme commencent aujourd’hui à le faire les tours de la finance ?

Ces questions sont d’autant plus importantes si l’on considère non pas l’état actuel des déploiements technologiques mais les directions qui sont prises. Vers où allons-nous ? Vers un monde où chaque être humain, chaque objet, chaque plante et animal sera connecté au réseau par le biais des nanotechnologies et de la 6ème version du protocole IP (qui permet un nombre illimité d’adresses) ? Vers une société contrôlée, surveillée par des technologies dotées d’intelligence « artificielle » déjà en train d’échapper au contrôle de leurs créateurs ? Vers un être humain « amélioré » par les technologies (transhumanisme), en permanence connecté par le biais de son téléphone portable et de ses nombreuses cartes électroniques « sans contact » dans un premier temps puis par le biais de puces électronique microscopiques directement injectées sous sa peau dans un second temps ? Il sera alors « dé-connectable » du système à tout moment. Dans ce cas, plus de paiement, d’accès à Internet, à la connaissance, à la santé, aux voyages, etc.

Conclusion ?

Les enseignements portés par la Genèse nous appellent vers d’autres sentiers que les autoroutes à péage qui dominent aujourd’hui notre monde devenu incapable de vivre sans des technologies qui nous ont pourtant été présentées comme libératrices.

Les chemins auxquels nous invitent les textes sacrés sont probablement plus proches de ceux tracés par certains mouvements minoritaires comme ceux du logiciel libre par exemple. Ces derniers s’appuient en général sur des valeurs comme le don gratuit, la décentralisation des données, la liberté et la diversité. Alors certes, le salut ne viendra peut-être pas d’eux mais on peut imaginer que ces poches alternatives sont déjà et seront de plus en plus nécessaires pour les temps qui viennent. On peut également mentionner quelques hébergeurs informatiques (français notamment) qui semblent s’interdire tout accès aux données et faire preuve d’une relative transparence.

S’ils ne sont pas encore tracés, ces nouveaux chemins sont donc à inventer, à co-créer plus précisément. Pour cela, chaque personne a son rôle à jouer et les vieilles sagesses que nous avons évoquées semblent faire apparaître des pistes. Pour les emprunter il est bien entendu indispensable de recommencer à se nourrir de cet arbre éternel, celui qui porte le souffle de l’Esprit. Il faut donc s’ouvrir, retrouver ce lien perdu avec ce quelque-chose de plus grand, avec soi-même et avec l’autre.
En tout état de cause, une idée centrale de la Genèse est d’intégrer que l’uniformité matérielle et culturelle qui point dans cette nouvelle tour de Babel en cours de construction est l’opposé de ce qui a été voulu dans la création. Sur les plans plus matériels et superficiels, la diversité est une richesse passionnante et l’Un ne peut s’atteindre que dans les profondeurs du spirituel. Ce n’est que par ce chemin qu’un véritable dialogue et une paix pourront émerger entre des civilisations en apparence différentes et certainement pas en gommant ces différences sur les plans visibles et encore moins à l’aide des technologies.

Si des sentiers oubliés commencent à se redessiner et à refaire surface, c’est pour qu’un nombre toujours croissant les empruntent à nouveau, en toute simplicité et en toute humilité. Au travers des vents qui nous secouent en cette époque, mais soutenus et guidés par le souffle de l’Esprit.

Et si les similitudes sont aussi frappantes entre les technologies d’aujourd’hui et le texte de la Genèse, c’est bien qu’une nouvelle naissance semble s’annoncer pour l’humanité…

Nota : Que les 8 relecteurs qui m’ont ainsi aidé dans l’écriture de cet article soient remerciés. Je tenais aussi à préciser qu’une des idées de ce texte (le renversement de paradigme technologique lié au cloud computing) a été inspirée par les conférences de Benjamin BAYART.

  • #1 Le 20 mai 2013 à 12:19, par Paul OPITZ

    Moi-même expert en technologies de l’information avec 35 ans de métier, ayant travaillé 18 ans chez un grand constructeur informatique et donc ayant vu de l’intérieur les technologies et internet et tous ses usages et évolutions, je pense qu’il ne faut pas regarder l’arbre qui cache la forêt (Facebook, Google, ...) : Internet est le plus formidable lieu de démocratie et d’expression qui ait jamais existé, jusqu’à y trouver tout et n’importe quoi. C’est le prix de la liberté d’expression (absence totale de contrôle et de régulation) mais c’est un autre sujet et donc un autre débat.

    On peut aussi tout mettre en relation/perspective avec tout, et pourquoi pas la Genèse et l’Apocalypse avec le "cloud computing" et la "tour de Babel" afin de proposer une vision du monde soit idéalisée soit dramatisée avec une fin inéluctable que l’on croit décrypter dans ces textes. Il est vrai que nous avons la connaissance et que nous pouvons donc - tel un dieu (voir le très efficace marketing du tentateur dans la Genèse) - prédire ce qui va se passer et comment cela va se passer. Donc Internet et la révolution technologique sont l’arme que va utiliser le "Satan" pour asservir l’humanité et rejeter les chrétiens tel que décrit dans l’Apocalypse qui est de toute évidence l’annonce du comment de la fin des temps. Bravo pour ce don de voyance ! Je me souviens qu’il n’y a pas si longtemps, certains prédisaient que l’Union Européenne était l’incarnation de la bête de l’Apocalypse. A chaque génération ses délires eschatologiques.

    J’aimerai simplement ramener les choses à leur proportion.

    Où est le scandale, l’abomination : dans les perspectives futures supposées d’Internet ou dans la Finance qui, depuis toujours mais encore plus et toujours davantage depuis la fin des années 1990, met la planète en coupe réglée, sans aucune limite ni contrôle ni régulation, que ce soit la pollution, l’exploitation des ressources, l’exploitation des hommes, femmes et enfants dont des millions travaillent comme des esclaves dans les misérables usines d’Asie afin que nous puissions maintenir notre niveau de vie occidental.

    De la Finance qui chaque milliseconde joue des fortunes colossales à la roulette de la spéculation internationale via les fonds d’investissements pendant que des pans entiers des économies s’effondrent et laissent des millions de personnes sur le carreau (voir la Grèce dont la gestion avait été validée par la FMI et la BCE et que ces institutions ont cyniquement lâchée quelques années plus tard).

    De cette Finance qui affame le monde, entretient ou provoque des "guerres de libération" afin que les multinationales continuent à s’engraisser du pillage éhonté des richesses locales pendant que les populations meurent sous les armes ou la famine provoquée pour les faire partir, et la liste serait infinie ! Sans oublier la corruption, les paradis fiscaux, ... et les budgets militaires !

    Il me semble (mais je peux me tromper) qu’il y a des combats plus importants et urgents à défendre aujourd’hui, et qui nécessitent une réflexion biblique pour rappeler aux chrétiens et aux églises leurs responsabilités (merci au Défi Michée, au SEL, ...), plutôt que d’improbables supputations concernant d’aussi improbables interprétations de textes obscurs - fussent-ils bibliques - qui n’aboutissent à rien de concret si ce n’est échapper/fuir la brutalité de la réalité de la misère qui nous entoure. Dans ce sens on peut affirmer que la religion est l’opium du peuple !

    On pourrait également parler de l’abrutissement de la population par les médias dont le but est d’entretenir la convoitise, donc le manque et donc la frénésie de consommation, au service des multinationales et de la Finance, plutôt que d’éduquer et de faire réfléchir ... Il est vrai qu’un peuple qui réfléchit devient vite dangereux et incontrôlable (voir 1789, les printemps de Prague, Portugal, arabes, ...), et c’est pas bon pour le business et les oligarchies !

    Pendant que les chrétiens "supputent sur les méfaits du cloud computing dans les derniers temps", on nous fait prendre des vessies pour des lanternes, on nous immole sur l’autel du dieu croissance, et la planète crève ... des hommes, des femmes, des enfants crèvent de faim, de misère, de guerres, d’esclavages, de torture, ... chaque jour : hier, aujourd’hui, demain, après-demain pendant que le monde a les yeux rivés sur les cours de la bourse, sur le % de PIB, sur le tour de France, le tournoi de Roland Garros, le match de foot ou de rugby, les frasques d’un tel ou d’une telle, ... Du pain et des jeux !

    Peut-être que les chrétiens, les églises, pourraient réfléchir à la manière d’utiliser le système : favoriser l’économie sociale (ex : assurances et banques mutualistes plutôt que privées), placer ses économies pour ne pas alimenter la Finance (livret A, Oikocredit, ...), s’organiser pour peser sur la vie dans la cité, s’engager à soutenir activement les initiatives chrétiennes et non chrétiennes qui ont pour but de libérer l’homme et lui rendre sa dignité.

    Il y a tellement à faire aujourd’hui que savoir si internet est l’outil par lequel l’Apocalypse se réalisera me parait un débat absolument décalé.

    Mais ça n’est que mon avis ...


  • #2 Le 20 mai 2013 à 17:34, par Serge LAMOUR

    Bonjour Monsieur OPITZ,

    Je vous remercie de votre commentaire qui me donne l’occasion de préciser les idées de ce texte. J’ai essayé d’être précis dans le choix des mots mais je sais qu’une parole n’est pas toujours entendu de la même façon par tout le monde.
    Tout d’abord, si j’ai choisi le texte de le Genèse et pas celui de l’apocalypse, ce n’est pas un hasard. C’est un choix mais c’est qu’aussi, il me semble, les similitudes sont beaucoup plus fortes de ce côté. Ceci me donne in fine l’occasion de focaliser sur les idées de "re-naissance" et il me semble que tous les exemples que vous citez dans votre commentaire (économie solidaire, SEL) en sont des illustrations et il y en a beaucoup d’autres en agriculture, gestion de l’eau, éducation, etc.
    Ensuite l’objectif de l’article n’est pas de sataniser Internet. Je donne d’ailleurs en fin d’article des exemples qui me semblent compatibles avec les valeurs et l’esprit de liberté, partage, solidarité etc.
    Ce qu’il me paraissait important de mettre en exergue est qu’aujourd’hui quelques géants prennent le contrôle de l’information générée par les TIC ; que cette masse d’information immense est un arbre de la connaissance comme jamais notre humanité n’en a connu. Elle donne à ceux qui la possède un pouvoir sur le plan matériel, qui pour être supporté nécessiterait une sagesse immense.
    Les conséquences dans la vie réelle, de part la nature complexe et parfois abstraites des processus qui sont mis en oeuvre, sont difficiles à appréhender. Mais elles ne sont pas moins importantes que celles de la spéculation financière sur le blé ou le riz qui provoquent des millions de morts, par exemple.
    De plus il est important de s’arrêter un instant pour voir que le saut accompli par ces technologies dans vos 35 ans de métier est un saut quantique sans précédent comme l’humanité n’en pas connu d’autre, à mon avis.
    Il convient d’autant plus de s’interroger vers les directions qui sont prises, sans dualisme simpliste, pour éviter de le regretter dans moins d’une génération...



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts