Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Non, la France n’est pas un « pays chrétien » !

Article publié

Non, la France n’est pas un « pays chrétien » !

et pourquoi, en tant que chrétiens, nous nous sentons insultés par ce qualificatif.

lundi 27 juin 2016

Nous entendons beaucoup en ce moment des responsables politiques, et en particulier un ancien président de la République en pré-campagne pour 2017, qualifier la France de « pays chrétien ». A chaque fois, en tant que chrétien, nous ne pouvons nous empêcher d’y voir une insulte à notre foi : comment un pays, dans son essence, pourrait-il être chrétien ?

Il ne s’agit pas ici de nier le nombre d’églises présentes en France, le nombre personnes se disant chrétienne – en diminution constante ces dernières année- mais bien d’affirmer qu’un pays, une nation ne peut pas se revendiquer de ce qui est un choix personnel.
Pour nous, être chrétien, c’est s’engager personnellement à suivre le Christ et son enseignement, à faire un choix radical pour vivre pleinement l’évangile. Dire que la France est chrétienne m’ôte à moi cette possibilité d’affirmer ma foi et de proclamer « j’ai choisi de suivre Christ ». Cela rabaisse le message révolutionnaire de l’évangile à un simple style architectural – le fameux manteau d’églises -, à un corpus culturel ou artistique plus ou moins connu et partagé, à une vision d’un passé fantasmé.
Mais pire encore est de se servir de cette excuse pour rejeter l’étranger ; Car un christianisme qui rejette l’étranger, c’est t un christianisme qui rejette l’exode et le deutéronome : « Souviens-toi que tu es toi-même étranger et esclave » (Ex. 22/20, 23/9 - Deut. 5/15, 10/19, 26/5...). C’est un christianisme qui rejette l’évangile de Matthieu : « Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; » (Mt 25/35). C’est un christianisme qui oublie que Pierre nous dit « vous êtes étrangers et voyageurs sur la Terre » (1Pi 2:11) . C’est un christianisme qui rejette finalement le fondement même du message évangélique « aime ton prochain comme toi-même ». C’est un christianisme qui rejette le récit biblique tout entier fondé sur la figure de l’étranger, messager de Dieu à accueillir.

Antoine Rolland, Stéphane Lavignotte, Laurent Gagnebin, Philippe Kabongo, Mathieu Gervais, Marina Touillez, Philippe Guttinger, Philippe Wender et Bertrand Marchand se réclamant du Christianisme social.

Ce texte est initialement paru dans Réforme du 23 juin 2016.

  • #1 Le 27 juin 2016 à 15:24, par Cuzent

    Ce n’est pas seulement contraire à notre conception du christianisme, c’est contraire aussi aux grands principes de la République qui la définissent comme laïque.


  • #2 Le 5 juillet 2016 à 14:39, par anne marie

    qu ’est etre chretien quand les eveques ont organise des marches et des priere contre nos enfants gay est cela le christiannisme le rejet de l’autre j’etais sur le parvis maintenant je suis libre de croire en un dieu de tout humanite la liturgie et les dogmes enchaine le faible le domine et l’asservi


  • #3 Le 6 juillet 2016 à 08:18, par URBAIN Daniel

    Ni la France, ni l’Europe ne sont chrétiennes.
    L’une et l’autre ont reçu un vernis chrétien ou prétendu tel qui n’était pas la foi au Christ tel que nous le laissent entrevoir les évangiles, mais une inféodation à un une vision pyramidale de la société où le "croyant" n’a qu’à se taire face aux "autorités".
    le maillage d’églises qui couvre cette Europe, le maillage de calvaires, le maillage de statues de St-Jean Népomuncène qui couvre le pays tchèque ne sont souvent que le fait de ma contre-réforme qui veut marquer le territoire reconquis !



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts