Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Le NPA lève le voile… et continue la mascarade ! Suite d’un feuilleton qui ne (...)

Article publié

Le NPA lève le voile… et continue la mascarade ! Suite d’un feuilleton qui ne veut décidément pas s’achever.

vendredi 18 février 2011, par :

Il y a quelques semaines je tentais de désembrouiller les débats qui secouent le NPA autour du voile islamique et la question des religions. A l’issue du fameux congrès qui devait solder la question, où en est-on ? Le couperet est-il (enfin) tombé ?

Vous vous souvenez, il y avait trois positions qui s’affrontaient et je posais une question qui me paraît fondamentale : le NPA, la gauche radicale, est-elle exclusive ou inclusive ?

Pour Adil, militant marseillais qui a défendu la position des quartiers populaires au congrès "Le NPA est le dernier rempart pour nous" (http://www.npa2009.org/npa-tv?page=1). Le dernier rempart pour la population des quartiers populaires, puisque personne n’y va pour faire de la politique avec les habitants et non pas pour les habitants ; le dernier rempart parce que les militants du NPA reste persuadés que le problème des quartiers populaires est profond, global et qu’il ne se résoudra pas à coup de mesurettes ; le dernier rempart pour des militants croyants, musulmans ou non, et se réclamant de la gauche radicale, parce qu’aucun autre parti de cette "gauche de gauche" n’accepte de débattre sur ces questions là. C’était donc aussi mon dernier rempart, celui qui me permettait de répondre à ma conviction qu’il est nécessaire de s’organiser pour changer les choses radicalement en remettant fondamentalement en cause le système.

Adil pose d’une autre manière la question de l’inclusivité. Acceptons nous de faire de la politique avec tous et toutes ou non ? Il la lie avec raison au choix d’orientation du parti, et je suis bien d’accord avec lui. Etre, comme les unitaires du NPA le défendent, un parti ouvert et pluraliste qui rassemble des traditions politiques différentes pour les articuler dans un même but, qui veut s’unir avec les autres composantes de la gauche pour défendre un programme radical qui changerait la vie des gens maintenant, cela nécessite aussi d’être un parti qui accepte chaque personne qui se reconnaît dans ses principes et est capable de lui donner des responsabilités, y compris de représentation. Ne serait-ce que pour représenter cette diversité, sans laquelle le projet du NPA est caduc. Certes, désormais il l’est presque, étant donné les divisions internes et les replis identitaires opérés par ce pathétique premier congrès, mais s’il reste un espoir, il serait tant de s’en saisir.

Ce « dernier rempart » vole donc en éclat et refuse de l’assumer !

Le congrès de ce week-end a acté l’impossibilité de se mettre d’accord sur une motion « féminisme, religion, laïcité ». Jusqu’ici pas de surprise, tout le monde s’y attendait. Là où cela devient amusant, c’est quand il est décidé de reporter (encore) le débat ! Il s’agira d’organiser une conférence nationale (encore) pour savoir qui peut, ou non, représenter le parti. Triple absurdité :
- Comment peut-on se poser la question de qui peut représenter le parti ? Chaque membre d’une organisation ne la représente-t-il pas de fait ?
- Où commence la "représentation" ? Lorsqu’on diffuse un tract sur le marché ? Lorsqu’on anime un cortège ? Lorsqu’on répond à un journaliste venu nous solliciter ? (Oui monsieur, je vais répondre à vos questions, laissez moi juste le temps d’enlever ma croix huguenote…)
- Enfin, si le NPA veut être logique, cette conférence ne peut avoir lieu qu’avant celle qui devra déterminer un candidat pour les présidentielles, ce qui risque d’être difficile vu le calendrier.

Lors des assemblées locales qui ont préparé ce congrès, j’ai entendu à plusieurs reprises « nous nous sommes toujours battus contre les religions ». Mais qui est donc ce nous ? Celui des trotskistes, des léninistes, de tout les istes du tintouin révolutionnaire du siècle dernier ? Même pas… En tout cas certainement pas le nous des croyants du NPA, et donc pas le nous du NPA ! Ceux qui appartiennent à ce nous indéfinissable ne se gênent cependant pas pour argumenter à coup de versets bibliques afin d’éloigner les croyants qui ne souhaitent pas le cacher des fonctions de représentations du parti. J’aurais pu batailler verset contre verset, dire que Jésus dérangeait tellement l’ordre établi que les puissants l’ont crucifié, mais à quoi bon ? Ceci ne me concernait pas, je n’ai pas pris part à ce vote. J’ai regardé, éberluée, mes camarades décider de mon avenir dans cette organisation, mon organisation.

Le NPA, qui se dit si ouvert aux croyants, ne se rend pas compte que la manière de faire vivre le débat les met, de fait, à l’extérieur de leur propre parti. Dans son aveuglement, il a décidé de continuer à débattre sur leur sort ! A l’heure de la remontée du FN, des attaques sociales, du recul des droits sur les étrangers, et néanmoins de la possibilité de créer un espoir à gauche, n’a-t-on pas besoin de toutes les forces disponibles ? Devons-nous vraiment perdre du temps à ausculter ces militants croyants comme des bons sauvages ?

De nombreux militants du NPA ont défendu et continueront de défendre l’unité la plus large possible, il ne fait aucun doute qu’ils se battront avec détermination dans leur parti comme en-dehors. D’autres continueront de défendre l’égalité de traitement de tous les militants. Cependant, il faut se rendre à l’évidence, la grande leçon de ce congrès est que la « richesse » du NPA, c’est que personne n’y est d’accord sur rien… l’occasion de débats qui ne trouvent jamais d’issue, certainement pour faire vivre la démocratie interne… ou pour fatiguer ceux et celles qui attendent des réponses.

Ce n’est pas parce qu’on ne suit plus un feuilleton dont le scénario s’appauvrit, qu’on éteint la télé (même si on devrait sûrement). Comme me le disait une camarade de grande valeur « On ne lâche pas l’affaire. Que ce soit la question de l’unité ou la question de l’égalité, ça va continuer à les travailler, qu’elles et ils le veuillent ou pas. Et nous, on sera toujours là, que ça plaise ou non. »

Héloïse Duché, Paris, février 2011


Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts