Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Christianisme social et politique, notes sur le débat.

Article publié

Christianisme social et politique, notes sur le débat.

jeudi 11 novembre 2010, par :

Le compte rendu de Jean-François Faba sur l’atelier politique du 2 octobre.

Quelques constats retenus :

  1. Le politique semble être un champ d’actions et de paroles incontournable pour les personnes qui se réclament du christianisme social.
  2. La politique, l’engagement dans un parti politique semble plus problématique à la différence d’un engagement social, culturel, humanitaire etc.
  3. Ce constat s’intensifie par le fait que l’engagement politique apparaît plus conforme au christianisme social quand il se fait dans la tradition des partis de gauche. Or sur ce terrain la gauche est plus critique, pour na pas dire fermée, à la dimension religieuse et spirituelle, dés lors qu’elles veulent s’exprimer au sein du parti. La droite apparaît plus ouverte.
  4. La question revient donc au niveau du passage entre un engagement social dans la cité et l’engagement politique dans un parti ayant pour perspective la pris du pouvoir par l’élection pour appliquer et défendre la politique du parti.

    Sur ce thème, les expériences sont multiples tant dans la vie associative que dans la vie politique avec des engagements plus ou moins fort dans la lutte politique.

Et le lien avec l’Eglise :

De manière générale, au-delà de la fidélité à nos Eglises (catho, port, ..) tous sont d’accord pour considérer que les Eglises protestantes ne prennent plus de position d’ordre politique. Elles soutiennent des initiatives en se tournant vers les œuvres et mouvements, ceci pour laisser à chacun le choix dans ces combats ou ces neutralités. Du coté catholique, le positionnement de l’Eglise au regard du politique est jugé de droite. Mais par ailleurs, si la théologie de la libération a été combattue par l’institution, celle-ci est toujours d’actualité dans certains pays.

Selon l principe de réalité, en fonction de la sociologie des Eglises, nous reconnaissons qu’elles ne peuvent pas et pour certains ne doivent pas être un lieu politiquement marqué ni à gauche, ni à droite. Ainsi notre Eglise n’est pas un parti politique même si le débat sur des sujets de société doit être à son ordre du jour.

Quelques questions :

  1. Dans le contexte actuel et les combats idéologiques entre la gauche et la droite, est ce que le christianisme social doit s’affirmer membre de la famille et de la tradition de gauche ?
  2. Dans l’engagement politique quel est le sens de la prise de pouvoir ?
  3. Quel rôle peut jouer la théologie dans le débat idéologique des partis politiques ? et surtout comment la théologie peut-elle s’y faine invité ?
  4. Le christianisme social défend une ouverture, un débat sans a priori, sans dogmatique. Est-ce suffisant pour rencontrer l’autre, le monde politique ? est ce une force ou une faiblesse ?
  5. Peut-on encore parler de classe ouvrière ? quel lien entre cette classe et les personnes du christianisme social appartenant souvent au classe moyenne ou supérieur ? Comment assumer cette différence entre l’appartenance sociale et l’appartenance idéologique ?
  6. Dans les combats pour des politiques sociales, économiques plus justes, faut-il entrer dans une stratégie de lobbying comme le font déjà les Eglises du Nord et l’Eglise Catholique romaine ?
  7. …..

Nous avons entendu des exemples d’engagements où chacun y trouve son équilibre :

Militante d’un parti politique de gauche qui, dans son bon combat politique envisage les enjeux électoraux comme incontournables et respectables.

Des exemples de liens avec l’Eglise : TO7 à Toulouse, Bordeaux centre, Marseille la belle de mai…

Le scribe : Jean François Faba

Le 4/10/2010.

  • #1 Le 12 novembre 2010 à 23:47

    Si je ne conteste pas que « les lignes de fractures,…, ne passent pas entre
    croyants et non-croyants mais tout autant au sein des croyants que des
    non-croyants. » je ne pense pas que le Christianisme Social se limite à des
    militants croyants et anticapitalistes au sens de la gauche de la gauche.

    Je crois que le XX° siècle a assez démontré que les positions radicales en
    matière politique conduisent à remettre à plus tard la solution des problèmes,
    sans même savoir si sa réalisation est crédible.
    Je sais que la colonne Durruti a été redoutable d’efficacité et que la
    « Makhnovchtchina » avait belle allure jusqu’à ce qu’elle massacre les mennonites
    comme des chiens.
    Ces cas sont exceptionnels et leur transposition aujourd’hui relève de
    l’exercice de style.
    Ma proximité du combat de libération algérienne m’a conduit à revoir mes
    positions sur l’acceptation de solutions extrêmes (attentats aveugles)
    Ces positions reposaient sur un choix idéologique extrême qui n’était pas en
    phase avec la solution la moins mauvaise pour tous. L’Algérie paie encore
    aujourd’hui cette erreur.
    Pour exposer mes choix politiques, je ferai court.
    La ligne dessinée par Keynes me semble être la seule en mesure de nous sortir
    du drame, dans un délai convenable.
    Le premier Bretton Woods a foiré du fait de l’impérialisme américain, faisons
    en sorte qu’un second aboutisse.
    Peut être n’ai-je pas compris Keynes ? Ma science économique est bien
    limitée.
    Cependant, je persiste à penser que pour y parvenir, trois axes essentiels
    seraient à retenir :
    1)La construction d’une Europe Fédérale me semble incontournable.
    2)La montée d’une marche du pouvoir allouée aux salariés mettrait fin à la
    toute puissance du capital.
    3)Le plus lourd chantier - Que la plus grande partie de la population
    s’approprie la pratique des arts sous toutes ses formes, la réduction du budget
    de l’armée européenne (économie d’échelle) financerait cette avancée. Cette
    ligne serait la réponse à la société de consommation.

    Pour tous ces sujets, je trouve que les croyants à leur modeste place,
    trouveraient dans leur foi, les raisons pour agir.



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts