Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Vers une déclaration des chrétienNEs sur le nucléaire ?

Article publié

Vers une déclaration des chrétienNEs sur le nucléaire ?

vendredi 24 juin 2011, par :

Eckhart Altemuller et Robin Sautter, deux pasteurs de l’ERF veulent faire entendre une voix prophétique à propos du nucléaire...

Notre société est en train de devenir une société sans vision. Elle attend les prochaines échéances électorales, elle regarde les catastrophes se produire et se cache les yeux pour ne pas voir l’avenir. Dans un tel contexte, la foi en un Dieu Créateur et Sauveur nous pousse à prendre la parole publiquement : nous nous sentons responsables, en tant que chrétiens, d’annoncer à la société notre vision et en tant que citoyen, d’œuvrer à la mise en place d’un dialogue entre gouvernés et gouvernants sur notre société et sur son futur.

Actuellement la France abandonne une partie de ses déchets nucléaires en Sibérie, elle déverse ses eaux radioactives usées -au moins 1 500 000 tonnes par an- dans la Manche près de l’usine de retraitement à La Hague, mais elle doit tout de même acheter de l’électricité à l’Allemagne car sa propre production ne suffit pas. Enfin et surtout, il n’existe pour l’instant aucun dépôt de stockage sur le territoire français pour les déchets les plus radioactifs. Qui en voudrait ?

Avec POMEYROL 1941 nous déclarons qu’il n’y a qu’un seul Seigneur de l’Eglise et du monde, Jésus le Christ. L’Eglise reconnaît bien l’autorité de l’Etat voulue par Dieu pour le bien commun mais « l’Eglise rappelle à l’Etat et à la société les exigences de vérité et de justice qui sont celles de Dieu à l’égard de toute communauté » [1] . Pour redonner du sens à notre avenir, un parole prophétique de la part des Eglises est aujourd’hui attendue.

La Bible affirme dès la Genèse que notre rôle est de cultiver la Création comme un jardin et de veiller sur elle. Dieu demande à l’homme non pas une exploitation irraisonnée ou une destruction méthodique mais une véritable « lieu-tenance » [2] , ce qui exige responsabilité et prévoyance vis-à-vis des plus démunis et des générations futures. Au regard de cette lecture biblique, nous croyons que les changements climatiques, les menaces sur la biodiversité et les stocks limités de ressources naturelles nous mettent au défi de quitter l’ère de l’énergie bon marché et d’opérer une véritable conversion énergétique.

La Bible nous explique aussi que l’être humain n’est pas parfait. En Jésus-Christ, Dieu se rend solidaire de l’humanité et l’accompagne dans toutes ses épreuves, mais il lui annonce aussi les conséquences irréversibles d’une action autonome de sa part c’est-à-dire lorsque l’être humain refuse de voir ses limites et qu’il se prend pour Dieu. L’erreur et la fragilité font partie de notre humanité et cela doit être pris en compte dans notre manière de gérer et d’utiliser la Création. Les événements de Fukushima et les précédents accidents (Harrisburg 1979/ Tchernobyl 1986) nous ont suffisamment montré que nous ne maîtrisons pas les conséquences du nucléaire.

“Soyez toujours prêts à répondre à ceux qui vous demande des explications au sujet de l’espérance qui est en vous” (1Pierre 3,15). Nous invitons donc tous les chrétiens qui le souhaitent à s’associer à notre prise de position sur le nucléaire.

Lille et Arras, le 7 Juin 2011

Eckhart Altemuller, Robin Sautter.

Notes

[1Pomeyrol 1941, thèses 4 et 5.

[2Jacques Ellul :Le rapport de l’homme à la création. Foi et Vie 11/12 oct 1974 « l’homme… est Lieu-tenant de Dieu dans la création »

  • #1 Le 24 juin 2011 à 17:18

    Bonjour Robin,
    Je suis d’accords avec vous sur ce qui est écrit sauf une chose : la France exporte aussi son électricité , en fait c’est un va et vient en fonction des besoins et de la demande.
    Maintenant en ce qui concerne le "non-nucléaire" ou dirons nous l’énergie propre, je pense que quand on se met en avant pour protester contre un système on a le devoir de proposer des solutions pour améliorer la situation et aller vers un mieux être des peuples. A savoir aussi, parce que c’est bien d’être un intellectuel, mais quand on est contre un système de production il faut aussi penser aux ouvrier qui bossent dur pour vivre, et mettre en place ce dit nouveau système demandera encore des sacrifices à ces ouvriers, mais entre temps les "intello" eux ne souffriront pas plus ! à méditer .......
    Je suis de la classe ouvrière et je suis un humaniste.


  • #2 Le 24 juin 2011 à 18:02, par Britta

    Les énergies renouvelables donneront du travail à ceux qui vont les promouvoir et les améliorer (beaucoup reste à faire) mais aussi à ceux qui les mettront en place et assureront leur entretien. La pollution atteint toutes les classes sociales, tous les peuples. La lutte des classes se situe ailleurs entre ceux qui exploitent et les exploités et on a pas fini de se battre, mon camarade. Ne remettons jamais en cause l’alliance des intellectuels et des ouvriers, ne nous trompons pas d’ennemi.


  • #3 Le 25 juin 2011 à 06:58, par Robin

    Effectivement les énergies renouvelables sont créatrices d’emplois non-délocalisables. Avec le nucléaire, une grande partie de l’argent dépensée part dans la recherche du combustible (Niger ou autre pays de la france-afrique...), dans le militaire pour permettre cette exploitation et protéger la production, et surtout dans la matière grise : des ingénieurs ou des chercheurs mais assez peu d’ouvriers comparativement aux énergies renouvelables. Le nucléaire accentue la lutte des classes car il empêche tout auto-contrôle par le peuple (trop dangereux) et demande des sommes astronomiques comme investissement.


  • #4 Le 25 juin 2011 à 09:11, par Christophe

    Pour pouvoir proposer une alternative réelle au nucléaire encore faut il faire l’effort de rechercher de vraies solutions scientifiques, ce qui n’est pas du tout le cas à l’heure actuelle : la plupart des ressources intellectuelles Françaises, lorsqu’il s’agit de l’énergie, se concentrent sur le nucléaire. Dire qu’il faut proposer quelque chose pour critiquer est faux : c’est d’une vraie prise de conscience que surgira la volonté de chercher d’autres solutions et les solutions viendront APRÈS cette prise de conscience, parce que l’on s’en sera donné les moyens !


  • #5 Le 25 juin 2011 à 18:27, par CLAUDE

    C’est tout de même toujours le :même refrain : abandon du nucléaire sans proposition en face, revenons au moulin à café et aux lampes à huile, plus de trains, plus d’internet, plus de MP3, plus de feux rouges sur les routes, plus de microchirurgie, etc ... La liste est longue J’en passe et des meilleures. Et comme d’habitude, les plus démunis disparaîtront en quantité avant d’avoir pu s’adapter !
    Mais il ne faut pas dire qu’on ne dépense pas d’argent dans la recherche ; il y a de grosses étude, même dans l’industrie du nucléaire : le problème là, c’est que l’on cache tout de peur de perdre les marchés que d’autres pourraient trouver avant nous. Dans ce domaine c’est l’information qui fait défaut, les manettes sont entre les mains de ceux qui mènent le monde sans se soucier des résultats immédiats.


  • #6 Le 25 juin 2011 à 23:42, par Jean-Luc

    Non, le problème n’est pas de « revenir à la marine à voile et à la lampe à huile (lol) ».
    Le problème est d’accepter de modérer notre consommation qui devient de plus en plus effrénée : une voiture, deux voitures, deux télés, trois télés et 50 % de notre production alimentaire qui part directement à la poubelle, même sans E. coli. En toute rigueur, il faudrait même réduire un peu notre consommation pour que les plus défavorisés d’entre les hommes puissent accéder à un peu plus de confort. Cela s’appelle le partage.

    Comme on ne pourra pas offrir neuf milliards de voitures (même électriques) avec neuf milliards de résidences secondaires aux neuf milliards d’habitants de notre Terre d’ici quelques dizaines d’années, le choix est simple :
    – ou bien on n’accepte pas de partager, on continue à accroître notre consommation chez nous pour nous (parce que nous le valons bien) et… qu’ils crèvent !
    Mais alors il nous faudra des murs bien épais avec des miradors et des chiens policiers pour éviter que les « barbares » ne viennent troubler notre quiétude et notre confort. Notre société libérale avancée est apparemment dans cette voie lorsqu’elle remet à la mer les Tunisiens et Libyens qui ont réussi à traverser la Méditerranée.
    – ou bien on partage réellement, mais alors il faut accepter que notre niveau de vie diminue un peu. Ah, ben oui !

    Le nucléaire n’est pas acceptable parce que les conséquence d’un accident (même « très peu probable ») sont inadmissibles. Anne Lauvergeon, ex-présidente d’Areva affirme que « Le nucléaire en France représente plus de quatre cent mille emplois » (dont le sien), et qu’on ne peut donc pas imaginer y renoncer.
    Elle a tort : ce qui est inacceptable, c’est de mettre en jeu la vie de l’espèce humaine pour offrir du travail à 400 000 personnes.

    Entre vivre pauvre et mourir riche, le choix est vite fait !


  • #7 Le 26 juin 2011 à 09:32, par lehnebach

    Je suis en accord avec la proposition . Elle engage implicitement à travailer pour trouver des solutions histoire de mettre en oeuvre la fin du nucléaire. Ce qui révulse c’est que la "nucléarisation" n’a fait l’objet d’aucune consultation démocratique.

    Dans le texe, le référence au monopole du Christ me gêne un peu. La dimension christique est peut être bien à l’oeuvre dans d’autres secteurs religieux ou non.

    Hugues Lehnebach


  • #8 Le 26 juin 2011 à 10:39, par Guy Jean

    Je suis assez choqué de ces propos:et l’Espoir en un Dieu sauveur !?.Ou est il ?Est ce que ces ingénieurs et Femme d’affaires prient Dieu chaque matin pour lui demander son avis sur l’avenir du nucléaire ?
    C’est quand même ce que ces 2 Pasteurs mettent en avant ,la Vie de l’Homme est en danger et en tant que citoyens ,Chrétiens, de surcroit, il est normal qu’ils poussent un Cri d’Alarme.Merci de leur courage.


  • #9 Le 1er juillet 2011 à 15:59, par Claire Fondet

    Merci de lancer ce débat. Le nucléaire civil et le nucléaire militaire ne sont plus intouchables. Cela peut changer notre rapport au monde. Il est temps !


  • #10 Le 13 juillet 2011 à 13:03, par Laurent

    Bonjour tous ,

    Je rejoins Christophe, Claude et Guy Jean dans leurs propos, mais j’ai envie d’ajouter quelque chose juste pour chatouiller les responsables de ce site qui parlent d’écologie, avant de lancer donc ce type de débat qui est à mes yeux très important au jour d’aujourd’hui, avez vous demandé au responsable du serveur hébergeant votre site, si ce serveur est alimenté en énergie nucléaire ou en énergie verte ?

    Bonne journée .



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts