Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Vous avez dit sacré ?

Article publié

Vous avez dit sacré ?

mercredi 28 septembre 2011, par :

La marque Eram a lancé une nouvelle campagne de publicité qui choque les associations familiales catholiques.

Somme toute rien d’étonnant, puisque cette campagne dit publiquement une chose que ces associations ne veulent pas voir en face : la famille mononucléaire hétérosexuelle n’est plus aujourd’hui le modèle unique de famille.

On pourrait relever que ce type de famille n’est pas plus « traditionnelle » que toutes les valeurs traditionnelles, mais qu’elle est fruit d’une certaine époque, en l’occurrence le tournant entre le 18è et le 19è siècle [1]. Que la manière d’envisager les relations de parentés évolue et change avec le temps : le pater familias de la Rome antique avait-il quelque chose à voir avec le « chef de famille » qu’était, jusque dans les années 1960, le mâle de la maisonnée ? Et que dire de la manière dont la parenté au moyen-âge s’est restructuré, sous la double influence des modèles germaniques et latins combinée à l’action du clergé [2] ?

Mais à quoi bon aller plus loin ? Ce serait répéter une chose connue : les traditionalistes, de quelques obédiences qu’ils soient, confondent bien souvent la tradition avec une tradition.

Non, ce qui m’intéresse dans ces publicités et les attaques qui les suivent, c’est comment les premières sont révélatrices de l’idôlatrie consumériste contemporaine, et comment, par conséquent, les secondes se trompent de cible en attaquant une conception de la famille et non pas une conception du sacré.

Regardons ces publicités. Qu’y voit-on : une phrase choc, finissant par « la famille c’est sacré ».

En dessous, trois paires de chaussures avec le tarifs et le slogan « il faudrait être fou pour dépenser plus ».

L’effet dans l’esprit est simple : la position du texte indique que, ce qui finalement est sacré, ce sont les chaussures, puisque ce sont elles qui sont mises en valeurs. La famille n’est qu’un vecteur vers la sacralité des chaussures.

Encore que non, ce n’est pas les chaussures qui sont sacrées : c’est leur achat. Comme en témoignent les prix et le mot « dépenser » dans le slogan.

Donc le message est : « acheter des chaussures, chez Eram, c’est sacré, puisque cela sert la famille qui est elle même sacrée ».

Si je prend mon petit Larousse, édition 1998, à l’entrée « Sacré, e » j’obtiens la définition suivante :

  1. Qui a rapport au religieux, au divin (...)
  2. À qui ou à quoi l’on doit un respect absolu ; qui s’impose par sa haute valeur.

Laissons de côté la première définition et voyons ce que la seconde implique pour notre problème.

« L’acte d’acheter des chaussures, chez Eram, c’est sacré, on lui doit un respect absolu. Donc on doit acheter ces chaussures chez Eram ».

Voilà donc érigé au rang de Dieu un acte, celui d’acheter des chaussures. Mais, attendez que nous dit la bible sur le fait de rendre un culte à quelqu’un d’autre que Dieu ?

Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi.

Ex 20, 3 (Bible de Jérusalem (1973))

Tiens, bizarrement aucune campagne internet des catholiques conservateurs pour violation du premier commandement ...

Et pourtant, quelles conséquences pour l’homme et la création ! Conséquence sur le rapport au travail, qui devient un simple outils pour gagner de l’argent afin d’acheter. Conséquence évidemment sur la planète. Conséquence sur nos rapports aux autres : puisque que je peux consommer, pourquoi m’intéresserai-je à l’autre ?

Bref, il y aurait beaucoup de chose à dire sur cette publicité d’un point de vu chrétien...

Mais voilà : il est plus facile de remettre en cause le mode de vie des autres : « bouh il est homosexuel », « bouh il est divorcé-remarié » que de réfléchir à son propre rapport à la consommation.

Ps : cet article est repris de mon site internet.

Notes

[1Voir par exemple la synthèse suivante : Jean-Louis Flandrin, Familles : Parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Seuil, 1995.

[2Voir par exemple pour une introduction Didier Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Ve-XVe siècle, Paris, Hachette, 2000.

  • #1 Le 27 octobre 2011 à 04:17, par Durandal

    Vous avez raison de dire que cette publicité est moralement condamnable car elle sacralise conceptuellement les souliers. C’est un angle d’analyse qui n’a apparemment pas été abordé par les détracteurs de cette pub insolente et provocatrice.

    Cependant, l’homosexualité dont elle fait la promotion n’en est pas moins admissible d’un point de vue chrétien & biblique (Romains 1:26-27, 1 Timothée 1:10, 1 Corinthiens 6:9-10, Éphésiens 5:5, Galates 5:19-21, Apocalypse 21:8 --- notons "les efféminés" de l’apôtre Paul désignaient clairement les homos dans la culture gréco-romaine).

    Il est vrai que la famille nucléaire telle qu’on la concevait du XVIe jusqu’au milieu du XXe siècles n’était pas un modèle absolu dans les époques précédentes. Au Moyen Âge, la maisonnée pouvait inclure non seulement famille immédiate mais aussi la famille éloignée, voir des amis, apprentis, etc. Mais jamais, au grand jamais, de société chrétienne n’a admis et n’admettra que l’union conjugale au cœur de la maisonnée soit de nature autre que monogame et hétérosexuelle, car toute autre union est contraire à la Parole de Dieu (Saintes Écritures) et à au Droit naturel (Création = biologie). Pour ce qui est de l’Antiquité païenne, c’est un contre-exemple.


  • #2 Le 27 octobre 2011 à 11:59, par Maïeul

    voyez ma réponse sur mon propre site web



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts