Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Coming out Eden

Article publié

Coming out Eden

mercredi 11 janvier 2012, par :

"Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination"*.
Même si c’était il y a longtemps, même si ça ne correspondait pas tout à fait à ce que je vivais et ressentais, pas la peine de me cacher derrière mon petit doigt, ça y ressemblait quand même un peu.
Le Vieux avait vraiment dit ça et il allait falloir qu’on s’explique.

Je ne pouvais pas vivre autrement, c’était ça que je voulais vivre, et je ne voulais tout simplement pas le vivre en me cachant de devant Lui, sous les feuilles, comme autrefois Adam. S’il y a une chose qu’il a vraiment en abomination, le Vieux, depuis le temps, c’est bien ça.

Je L’aime bien, le Vieux. On n’est pas toujours d’accord, mais, depuis toujours, je L’aime. On peut causer avec Lui, et même parfois le faire changer d’avis. C’est un négociateur exigeant, Il n’est pas toujours tendre, mais Il aime ça, le Vieux, d’avoir en face de Lui quelqu’un d’autre avec qui causer.

Je n’avais pas vraiment besoin de son autorisation. D’ailleurs, je crois bien que ça l’ennuie, le Vieux, qu’on lui demande des autorisations pour un oui ou pour un non et qu’on soit toujours à attendre Ses ordres pour bouger le petit doigt. Ça le désole, même, qu’on ne prenne pas assez au sérieux la peine qu’il a prise de nous libérer.

Mais il fallait qu’on s’explique. C’était à moi de faire le premier pas. Après toutes les crises qu’Il m’avait déjà aidé à traverser, je Lui devais bien ça, au Vieux : qu’entre lui et moi, il n’y ait ni mépris, ni méprise.

Je savais bien que ça allait lui faire un choc. Déjà moi, il avait fallu que je m’y fasse, alors Lui...

La discussion a été serrée : Il a défendu sa position pied à pied ; Il n’avait pas envisagé cette possibilité dans Son projet initial : ça n’était pas vraiment ce qu’il avait voulu au départ, Lui. J’ai répondu que Ça avait du s’inventer tout seul. Mais c’était quand même avec les billes qu’Il nous avait confiées au départ. Ce « Ça » étrange qui s’était inventé tout seul, maintenant, était une part indissoluble de ce « je », qui, un peu tremblant, mais debout et droit devant Lui, disait « me voici ».

Que Sa création soit plus créative et plus diverse que ce qu’Il avait espéré au départ, Il avait de la peine à l’admettre, mais finalement, cette surprise n’était pas pour lui déplaire. Alors, à la fin Il m’a dit : « Va, Fils, c’est ta vie. Et si tu arrives à faire quelque chose de bien, de beau, de bon et de nouveau avec ça, Je te suis »

*Lévitique, chapitre 18, verset 22

  • #1 Le 12 janvier 2012 à 23:41, par Carlos Capó

    OK. Merci. C’est ta vie ! Jouis et prend plaisir à la vivre.


  • #2 Le 13 janvier 2012 à 01:27, par Richard Bennahmias

    Ça, le Vieux ne l’a pas dit ;)


  • #3 Le 13 janvier 2012 à 07:44, par Christian Collas

    "Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination"*.

    Lol c est techniquement impossible , mais bon , c’est le lecteur qui donne du sens au Livre et pas le contraire ..

    Merci ipout ce témoignage de vie.. la vie est plus vaste que ce qui existe dans les livres ??


  • #4 Le 13 janvier 2012 à 12:32, par Richard Bennahmias

    La mentions de ce qui pourrait de près ou de loin s’apparenter à ce que nous désignons depuis la fin du XIXème siècle sous le terme d’homosexualité est particulièrement marginale dans le Livre du Lévitique. Dans la Bible en général les mentions de ce qui pourrait ressembler à de l’homosexualité sont infinitésimales. Les préoccupations majeures dont témoigne le Lévitique sont d’abord le rituel et, en deuxième lieu, les pratiques sociales et économiques. En ce qui concerne le rituel, nombreux sont les passages du Nouveau Testament qui nous en dédouanent. Là dessus, le Nouveau Testament le fait changer d’avis. Et sur l’éthique sexuelle ? On peut quand même remarquer qu’entre le Livre de la Genèse et celui de l’Exode, Dieu a quand même changé d’avis en ce qui concerne la polygamie.

    Mais sur le social et l’économique, Il tient ferme.

    Pour en revenir à l’homosexualité, je peux bien sûr esquiver en relativisant : "Il n’a pas vraiment dit ça". Mais dans ce cas je perds le bénéfice de la question qui m’est posée : "Qui es-tu ?"
    La manière de poser la question est peut-être maladroite, mais la question est vitale. Pour que nous restions partenaires de la vie sur le social et l’économique, il faut bien que j’y réponde.


  • #5 Le 18 février 2012 à 06:50, par christianc

    Il a dit ? Il a pas dit ? ou Elle a dit ? Elle a pas dit ?. C’est Moise ou son scribe qui a écrit le Lévitique, dans la mesure ou Moise Jugeait le Peuple, disait le permis et l’interdit.
    Le Levitique est d’abord un corpus de lois, dans un contexte où les religions païennes sont prédominantes, le Levitique exclut aussi les rituels de fertilité par exemple.
    Le même texte ordonne de lapider l’enfant qui répond mal à ses parents, ..ou bien..

    Quand je brûle un taureau sur l’autel du sacrifice, je sais que l’odeur qui se dégage est apaisante pour le Seigneur (Lev.1:9). Le problème, c’est mes voisins : ils trouvent que cette odeur n’est pas apaisante pour eux. Dois-je les châtier en les frappant ?

    J’aimerais vendre ma fille comme esclave, comme Exode (21:7) m’y autorise. A notre époque et à ce jour, quel prix puis-je raisonnablement en demander ?

    Lévitique (25:4) affirme que je peux tout-à fait possède des esclaves, mâles ou femelles, à condition qu’ils soient achetés dans les pays alentours. Un de mes amis affirme que ceci s’applique aux Mexicains, mais pas aux Canadiens. Pouvez-vous m’éclairer sur ce point ? Pourquoi ne puis-je pas posséder de Canadiens ?

    J’ai un voisin qui s’obstine à travailler le jour du Sabbat. Exode (35:2) dit clairement qu’il devrait être mis à mort. Suis-je dans l’obligation morale de le tuer moi-même ?

    Un de mes amis pense que même si c’est abominable de manger des fruits de mer (Lévitique 11:10), l’homosexualité est encore plus abominable. Je ne suis pas d’accord. Pouvez-vous régler notre différend ?

    Lévitique (21:20) affirme que je ne dois pas approcher de l’autel de Dieu si ma vue est déficiente. Je dois admettre que je porte des lunettes pour lire. Est-ce que ma vision doit être de 20/20, ou est-il possible de trouver un arrangement ?

    La plupart de mes amis de sexe masculin se font couper les cheveux, y compris autour des tempes, alors que c’est expressément interdit par Lévitique (19:27). Comment doivent-ils mourir ?

    Je laisse le texte à ses contradictions internes, c’est vrai que selon la Bible toucher la peau d’un cochon rend impur alors si les mêmes que je connais s’y mettent ils vont interdire les matches de foot..

    "Interdire les matches de foot .. au nom de la Bible ??"
    "Et les fruits de mer ? car ils sont abominables ?"
    (Il y a des fadas partout..)


  • #6 Le 18 février 2012 à 10:10, par Richard Bennahmias

    Je le connais par coeur ce texte ! Et il me fait toujours autant rire. Mais il me laisse insatisfait.
    Pour le reste, se reporter à http://112234.free.fr/bete-a-bon-di...


  • #7 Le 14 août 2012 à 19:45, par Magali

    Dieu aurait changé d’avis ? Il serait surpris par la diversité de sa création ? Il me semble plutôt que c’est l’être humain qui change d’avis, qui tâtonne, qui découvre, qui se plante...
    Mais quand il oublie de le faire avec amour, ça craint !
    Ca donne des juges, des arrogants, des donneurs de leçon, qui se permettent de condamner au nom d’une morale réac sortie de l’imagination...humaine.
    Alors utilisons ce précieux don d’imagination, de créativité pour faire de belle choses et arrêtons de pourrir la vie à nos frères et soeurs.
    Vivement le mariage homo et qu’on passe à d’autres luttes !...parce qu’il y en a qqs autres à mener !


  • #8 Le 9 septembre 2016 à 14:02, par Michel

    Le Lévitique me semble défendre l’ordre patriarcal viril. Il est donc "abominable" de traiter sexuellement un homme comme on traite une femme.
    Les romains toléraient les relations homosexuelles, mais celles-ci n’étaient possibles que vis à vis d’un esclave et rejetées vis à vis d’un citoyen romain : l’ordre patriarcal était sauf.
    Pourquoi ce passage anachronique du Lévitique continue-t-il à interpeller les croyants ? Et puis Jésus n’a-t-il pas mis un sacré coup de canif dans toutes les prescriptions du Lévitique ?



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts