Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Pour le christianisme du partage, pas de la croisade, chrétiens, nous votons (...)

Article publié

Pour le christianisme du partage, pas de la croisade, chrétiens, nous votons St Martin

mardi 21 février 2012, par :

Cet appel signé aujourd’hui pas près de 200 personnes est paru dans Témoignage Chrétien et dans Le Monde du 21 février (daté et disponible dans toute la France le 22). N’hésitez pas à le signaler à vos amis, connaissances et sur les réseaux sociaux. Vous pouvez leur indiquer l’adresse ci-dessous s’ils veulent la signer : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N20901

Si vous voulez continuer dans la dynamique du texte, nous vous invitons à rejoindre la liste de discussion des signataires de l’appel en vous inscrivant sur la page : http://www.christianismesocial.org/S-inscrire-aux-listes-de.html

Le 12 février, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Radio France Politique. Il a dénoncé les dérives extrême-droitistes de la majorité, illustrées par les récentes déclarations de Claude Guéant et Nicolas Sarkozy. Il a salué la prise de position de François Bayrou et en a appelé aux chrétiens : "Il est temps quand même que des chrétiens, comme lui, commencent à dire que, au fond, il y a deux christianismes, celui des croisades et celui de Saint Martin : partager son manteau sans aller demander les papiers à celui à qui on donne le morceau pour qu’il ait chaud." Quelles que soient nos opinions sur Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou ou leurs programmes, nous affirmons fortement notre vision d’un christianisme du « manteau partagé ». C’est ce christianisme que nous faisons vivre sur le terrain, que nous – ou nos Eglises - défendons publiquement, sans toujours être entendus.

Nous dénonçons l’esprit de croisade pour la défense de la « France chrétienne » : l’extrême droite catholique s’attaque à l’art contemporain, la présidence de la République et sa majorité affirment une soi-disant supériorité d’une civilisation (chrétienne) sur d’autres, sans compter le discours du Front National, et nous en passons... Nous contestons la manipulation et l’accentuation des clivages dans notre pays : clivages raciaux, sociaux, religieux, ethniques, de couleur de peau qui font du jeune de banlieue, du musulman, du chômeur, du rom, le bouc-émissaire. Ces clivages sont utilisés par les médias, les pouvoirs et certaines forces politiques pour occulter le clivage de fond : le clivage social. Les discriminations ne sont plus des faits isolés, elles sont un système qui s’attaque aux habitants des quartiers populaires, aux noirs, aux arabes, aux musulmans. Elles créent une classe de citoyens à part. Jésus était du côté des parias pour mettre à bas les murs de séparation, nous sommes aux côtés de ceux d’aujourd’hui.

Nous défendons la laïcité de la loi de 1905 dans son esprit et dans sa lettre. Donc nous dénonçons son instrumentalisation pour mener l’assaut contre les musulmans et autres minorités religieuses. Cette croisade n’est possible que parce que d’aucuns renvoient dos à dos laïcité et religion comme deux entités inconciliables. La laïcité ne pourrait que s’opposer à des religions toujours présentées comme dogmatiques, obscurantistes, dangereuses. Le spirituel et ses valeurs ne seraient réservés qu’à la sphère intime ou privée, en l’opposant à la sphère sociale, politique, publique. Au contraire, il est urgent de promouvoir l’esprit des pères de la loi de 1905 : une laïcité inclusive qui n’exclut pas telle ou telle population, une laïcité qui permet le dialogue public de positions religieuses et non religieuses. C’est pour nous le meilleur moyen de renforcer des religions synonymes de liberté de conscience et de faire reculer les courants religieux d’aliénation. La peur du communautarisme ne doit pas occulter le role positif des communautés dans l’enrichissement du lien social et la construction d’une societe une et diverse.

Notre christianisme est bien celui de saint Martin, mais aussi de l’abbé Pierre, de Théodore Monod, de Dietrich Bonhoeffer, de Martin Luther King ou Desmmond Tutu. Le partage du manteau signifie aider l’autre, frère ou sœur en humanité, qu’il ait des papiers ou non, même si cela viole la loi. Mais il faut aller plus loin. Donner un bout de son manteau, c’est poser le problème du partage planétaire des richesses, rendu impossible par le système capitaliste qui repose sur la concurrence de tous et toutes contre toutes et tous, qui produit souffrances personnelles et violences sociales, qui permet l’émergence de peurs et de discriminations. Nous refusons le chantage sur la dette qui place des pays entiers sous l’emprise des banques et des systèmes financiers. Nous soutenons le peuple grec étranglé par un nouveau plan d’austérité. Nous contestons les politiques d’austérité qui engendrent la pauvreté pour des millions d’individus et mettent en danger l’action publique. Cessons de diaboliser l’impôt, instrument de la répartition des richesses, cessons de penser en « toujours plus » de production, de consommation, d’énergie... Au contraire, face à la crise écologique, posons-nous la question du mieux, du bien vivre ensemble.

Le vote pour l’extrême droite est incompatible avec les valeurs de l’évangile partagées bien au-delà des chrétiens. Nous disons aux chrétiens de droite inquiets de la tentation de l’extrême-droite, qu’ils se doivent d’interpeler leur camp sur les dérives des politiques et des propos, notamment sur l’immigration, qui ont depuis longtemps dépassé le niveau de l’humainement acceptable. Nous disons aux dirigeants de la gauche que leurs politiques passées et leurs propositions sont rarement à la hauteur des enjeux, que nous espérons mieux d’eux. Nous disons aux chrétiens, aux croyants des autres religions, à tous les humanistes, aux hommes et femmes de bonne volonté : retroussons-nous les manches ensemble, interpelons les partis et les candidats lors des élections présidentielles et législatives, organisons des débats, prenons position pour refuser l’esprit de croisade et défendre celui de saint Martin.

Chrétiens sociaux, nous continuerons à assumer dans notre travail associatif, ecclésial, diaconal, syndical, notre part de responsabilité : apprendre à vivre ensemble, dénoncer la manipulation des peurs, exhorter avec le message biblique à ne pas craindre l’autre. Croire que le dépassement de tous les clivages arrivera dans le Royaume des cieux est nécessaire, mais pas suffisant. Il faut assumer d’être dans la différence, dans le conflit : nommer ces clivages pour les penser et agir sur eux, travailler sur nos propres peurs, aider les personnes en souffrance à travailler les leurs...

Oui, aujourd’hui un profil public de la foi face aux idéologies et aux injustices est essentiel. Oui, nous voulons soutenir une diaconie (un travail social) de protestation, qui agisse en termes de résistance, de non-violence active, d’invention et bien sûr de justice, d’espérance et d’amour.

Olivier ABEL, Institut Protestant de Théologie-Paris ; Jérôme Anciberro, rédacteur en cher de Témoignage-chrétien ; Jean Baubérot, sociologue ; David Berly, responsable associatif ; Jean-Marc Bolle, consultant en communication, ancien vice-président d’une association d’insertion ; Jean-Pierre Bombled, membre des Réseaux du Parvis ; Guy Bottinelli, pasteur en retraite, Foyer protestant de la Duchère, lyon ; Christophe Brénugat, éducateur, protestant Réformé, adhérent David et Jonathan ; Roberto Beltrami, Pasteur Directeur de La Fraternité de la Belle de Mai, Marseille ; Claude Bouret, retraité de l’industrie, adhérent de Nous Sommes Aussi l’Église ; Denyse Boyer, catholique, membre de FHEDLES ; Olivier Bres, pasteur retraité, militant associatif ; Monique Cabotte-Carillon ; Amaury Charras, pasteur UEPAL ; Brigitte Chazel, psychologue, militante du Christianisme social ; Jean Combe, catholique, membre de l’association FHEDLES ; Denis Costil, Comité national de la Mission populaire évangélique de France ; Christophe Cousinié, Pasteur, directeur de Toulouse-Ouverture (to7) ; Annie Crépin, catholique, membre de la FHEDLES ; Communauté Chrétiens dans la Cité (CCC) ; Quentin Dezetter, catholique, adhérent MoDem, membre de David et Jonathan ; Pierre-Olivier Dolino, pasteur du Foyer protestant de la Duchère, Lyon ; Héloïse Duché, militante du Christianisme social et du Front de gauche ; Jean-Marc Dupeux, pasteur, ancien secrétaire générale de la Cimade ; Lucienne Gouguenheim, militante de "Nous sommes aussi l’Eglise" (NSAE) ; Isabelle Grellier-Bonnal, professeur, militante du Christianisme social ; Raymond Godefroy, catholique, membre de FHEDLES ; Rémi Goguel, secrétaire général des Eclaireuses et éclaireurs unionistes de France ; Philippe Kabongo-Mbaya, pasteur, militant du Christianisme social ; Stéphane Lavignotte, pasteur, directeur de la Fraternité de La Maison Verte, Paris, militant du Christianisme social ; Jean-Pierre MACREZ Retraite, membre de Nous Sommes Aussi l’Eglise (NSAE) ; Bertrand Marchand, doctorant en théologie, militant du Christianisme social ; Francis Muller, pasteur, Secrétaire général de la Mission Populaire Evangélique de France ; Nous sommes aussi l’Eglise (NSAE) ; Jacques Perrier, militant du Christianisme social, responsable associatif ; Jean Riedinger, militant chrétien associatif ; Jean-Pierre Rive, pasteur, président de la Commission église et société de la Fédération protestante de France ; Antoine Rolland, enseignant-chercheur, militant du christianisme social Lyon ; Joan Charras Sancho, adhérente PS, doctorante en théologie ; Edouard Sill, historien, membre de la Fondation Copernic ; Otto Schaefer, théologien et biologiste ; Mariam Séri-Sidibé, protestante, travailleuse sociale ; Alexandre et Marie Sokolovitch, animateurs de l’éducation populaire, Jesus Freaks ; David Stewart, pasteur ; André Thireau, président de NSAE ; Catherine Thierry, membre de la Communauté Mission de France ; Pierre Valpreda, Gennevilliers, directeur d’école, protestant Réformé, adhérent EELV, membre de David et Jonathan ; Marie-Thérèse van Lunen Chenu, catholique, membre de FHEDLES ; Marina Zuccon, fonctionnaire, présidente du Carrefour de chrétiens inclusifs.

  • #1 Le 23 février 2012 à 10:57, par DEROBERT

    Pour votre info,

    Ce jour, la FEP signe la pétition. Elle adhère pleinement aux valeurs défendues dans ce texte.

    Fraternellement.


  • #2 Le 23 février 2012 à 11:21, par lecouffe Jean-Louis

    " celui qui dit qu’il aime Dieu et qui n’aime pas son frère est un menteur"....."aimez vous c’est à ce signe qu’on vous reconnaitra.....pas de croisade mais de l’amour de l’autre et du respect pour chaque autre qu’il soit noir, homo, migrant ou notaire, comptable..........différent ou pareil....L’autre c’est aussi moi.... et un bout de Dieu.


  • #3 Le 24 février 2012 à 11:05, par Stehly Jocelyne

    Je signe, et je diffuse. Bravo, et merci à Mr Mélanchon de nous avoir ainsi interpellés, avec son sens de la formule.
    Jocelyne Stehly, présidente de l’Entraide protestante de Montélimar


  • #4 Le 24 février 2012 à 19:52, par Mery claire-lise

    partage paix . Sera-t-on efficace et aurons nous notre mot à dire ?


  • #5 Le 25 février 2012 à 18:49, par Frédérique

    Oui, il faut dire cela haut et fort pour témoigner à la fois de notre citoyenneté et de notre baptême, en mots et en actes de fraternité !
    Je vote et fais passer
    Frédérique Pasturel


  • #6 Le 26 février 2012 à 11:35, par Jean Hoibian

    Bravo pour cet appel que je signe et que je diffuse !
    Pasteur Jean Hoibian


  • #7 Le 26 février 2012 à 21:48, par Dominique MAZEL

    Merci et bravo pour cet appel qui, au delà de nos engagements, de nos activités et de notre témoignage dans l’Eglise et dans le monde pour nos frères humains, renouvelle la promesse de Dieu pour la terre et nos frères humains.
    Membre du diaconat de l’ERF et responsable l’accueil de jour à Aix en Provence.


  • #8 Le 27 février 2012 à 10:55, par le_pasteurisé

    Je viens d’arriver dans le Pays d’Auge dont la capitale est Lisieux et je constate qu’il n’existe, à ma connaissance, aucune association locale comme : l’Armée du Salut, la Cimade, l’ACAT, la Banque alimentaire, etc...
    Je suis engagé dans l’Eglise Réformée et je soutiens totalement votre message d’espérance.
    Bien fraternellement,
    Gérard SALLES


  • #9 Le 28 février 2012 à 16:55, par Else ( B. Descôtes )

    Appel signé, je transmets.


  • #10 Le 29 février 2012 à 15:32, par Christian

    Si le manteau est partagé, les deux vont mourir de froid, qui aidera l’autre à présent ?
    Vous n’êtes pas des chrétiens mais des socialistes, si vous aviez bien lu les évangiles, vous auriez pu lire que les pauvres nous les aurons toujours, pas Jésus, c’est celui-là que vous oubliez, vous ne pourrez pas acheter le paradis avec vos oeuvres.
    Votre fornication avec l’empire de Satan, vous fait adorer la bête,plutôt que de la combattre.
    Jésus n’est pas venu apporter la Paix, mais l’épée dans ce premier temps, la Paix s’imposera à son retour.
    Votre vrai devoir est de défendre la foi, tel St Michel.
    Vous devez vous battre contre Mamon et l’Islam et contre les loges sataniques qui gouvernent le monde.


  • #11 Le 2 mars 2012 à 09:44

    c’est un devoir chrétien élémentaire


  • #12 Le 2 mars 2012 à 11:34, par Bruno Cadez

    Bravo aux initiateurs de ce texte, que je signe évidemment et diffuse. J’apprécie de voir des chrétiens retrouver l’inspiration initiale de Jésus (et des prophètes de l’Ancien se levant contre les dominants), redonnant l’espoir aux pauvres de toutes les pauvretés.
    Amitiés.


  • #13 Le 3 mars 2012 à 19:34, par Humaniste

    Jean-Luc Mélenchon candidat du Front de Gauche est le seul à être dans la continuité de la parole chrétienne de Saint Martin.
    Le constat que les chrétiens ont toujours soutenu la Droite est vérifié jusqu’à cette présidentielle.
    Il n’y a jamais eu en France depuis l’après guerre, un candidat aussi humaniste que Jean-Luc Mélenchon ; son humanisme rejoint à 100% les chrétiens de Saint Martin, mais aussi la parole du Christ sur le partage, l’aide, le respect des différences, etc.
    JL Mélenchon avec sa politique de répartition des richesses saura lui aussi jeter dehors les marchands « voyous » du temple !

    Comment les chrétiens, surtout les pratiquants, peuvent-ils se référer à Jésus ; prier, communier, etc. pour que le monde soit plus juste, moins violent et voter à droite voir extrême droite, pour une société politique qui est sans cesse dans le rejet de l’autre, la haine, l’esclavagisme, l’exploitation de l’être.
    Il vaut mieux une véritable VIème République laïque qui respecte les religions dans leur diversité, qu’une société religieuse qui instaure le droit de rejet de tous ceux qui ne correspondent pas à son dogme.

    Depuis 30 ans les médiacrates aux ordres oligarchiques ont formaté les cerveaux pour les lobotomiser sur la seule pensée unique de « la rigueur »

    Pas une voix de chrétien ne doit manquer à Jean-Luc Mélenchon ; seul candidat qui défend une autre politique de relance par la répartition des richesses. Une plus juste redistribution pour une société plus harmonieuse et respectueuse des êtres.
    En ce sens, le programme du Front de Gauche au nom si évocateur de "L’Humain d’abord" est pour une vision future de l’Être et non de l’Avoir.

    St Mathieu dirait aujourd’hui que ce n’est plus le mouton qui est égaré mais le troupeau !

    Espoir pour que le Front de Gauche soit l’avenir de l’Humanisme.
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/02/12/invite-de-radio-france-politique-2/


  • #14 Le 17 mars 2012 à 00:22, par Bernard CHARLES, pasteur , ancien SG des UGJG, président du Christianisme social entre 1989 et 1994 et Myriam CHARLES, réseaux associatifs

    A quand une soirée "Des paroles et des actes" pour faire réfléchir sur le vote St Martin ? ! En attendant, il y a fort à faire pour lutter contre la banalisation des propos discriminatoires.



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts