Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Débat entre les partis chrétiens sur la limitation des hauts salaires

Article publié

Suisse

Débat entre les partis chrétiens sur la limitation des hauts salaires

samedi 16 novembre 2013, par :

Le 24 novembre, les suisses voteront sur un référendum d’initiative populaire concernant la limitation des hauts salaires. Les partis se revendiquant du christianisme ne défendent pas les même positions. La Fédération romande des socialistes chrétiens y est favorable.

Communiqué de la Fédération romande des socialistes chrétiens.

Initiative 1:12
Oui, pour préserver la paix sociale !

« Car il ne s’agit pas de vous exposer à la détresse pour le soulagement des autres, mais de suivre une règle d’égalité : dans la circonstance présente, votre abondance suppléera à ce qui leur manque, pour que leur abondance aussi supplée à ce qui vous manque ; de sorte qu’il y aura égalité, ainsi qu’il est écrit : celui qui avait beaucoup n’avait rien de trop, et celui qui avait peu ne manquait de rien. » (I Corinthiens 8, 13-15)
Les grands patrons ont été priés de rester discrets et c’est l’USAM, association faîtière des PME suisses, qui est chargée de mener la charge contre l’initiative des jeunes socialistes. Ces « petits » patrons qui sont en général loin de gagner douze fois plus que leur employé le moins payé.
Leur chef de file, Jean-François Rime, conseiller national UDC et lui-même patron d’une PME, déclare dans un récent communiqué de l’USAM : « Toute l’Europe envie notre excellente situation. En aucun cas nous ne devons la mettre en jeu pour nous lancer dans une aventure socialiste irresponsable ». Et l’on n’hésite pas à nous asséner que l’acceptation de l’initiative torpillerait le partenariat social qui assure la prospérité de notre pays. L’argument est d’ailleurs régulièrement servi contre les propositions d’améliorations sociales. Depuis, au moins, la mise en place de l’AVS, notre pays devrait donc avoir sombré déjà plusieurs fois dans la misère et l’instabilité...
Mais en fait, qui torpille le partenariat social ? Ne serait-ce pas plutôt la coalition de ceux qui, du niveau des communes à celui de l’économie mondiale, font tout pour préserver, ou plutôt augmenter, le droit de pillage des ressources que détiennent les plus riches. La concurrence fiscale entre communes, cantons et états profite largement à ceux qui auraient les moyens de payer largement plus d’impôts. Les mêmes milieux qui prétendent défendre le partenariat social s’ingénient à empêcher une lutte efficace contre la fraude et l’évasion fiscales. Et ils ne sont pas vraiment scandalisés lorsque tout montre que les plus riches deviennent de plus en plus riches, et les plus pauvres de plus en plus pauvres.
Nous pensons, quant à nous, que le maintien de la paix sociale passe par une plus juste distribution des richesses, par une fiscalité qui taxe davantage le produit du capital et des opérations purement financières que celui du travail, par un système social qui ne laisse personne au bord de la route. Manifestement, on n’est pas sur le bon chemin et nous devons craindre le pire, socialement et économiquement. On place beaucoup d’espoirs dans l’industrie du luxe fait rêver, mais elle présuppose qu’il y ait de plus en plus de riches consommateurs, et aussi inévitablement de plus en plus de pauvres producteurs, puisqu’elle ne se gêne pas de délocaliser là où les travailleurs sont exploités. Tant pis pour les chômeurs d’ici, qui doivent remercier les grands patrons, grands défenseurs de l’équilibre social grâce aux impôts qu’ils déversent si généreusement sur nos collectivités !
Justifier l’injustice criante des différences aberrantes de salaire au nom de la paix sociale constitue vraiment une scandaleuse tromperie.
Le « réalisme » économique justifie-t-il le culte de Mamon ? Au nom de l’exigence évangélique du partage, de la justice, de l’amour du prochain, la Fédération romande des socialistes chrétiens suggère de voter un OUI de défense de la justice sociale, donc de la paix sociale, le 24 novembre prochain.
Le comité de la FRSC

Lire aussi :
Protestinfo : être réaliste ou chrétien, faut-il choisir ?

  • #1 Le 26 mars 2014 à 13:53, par Souavin

    Je reçois depuis plusieurs années le trimestriel de la Frsc,"l’espoir du monde"...



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts