Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Protestation contre la signature par François Clavairoly d’une déclaration (...)

Article publié

Coordination du Mouvement du Christianisme social

Protestation contre la signature par François Clavairoly d’une déclaration interreligieuse sur la fin de vie.

jeudi 12 mars 2015

Nous, Mouvement du christianisme social, protestons contre la signature par François Clavairoly d’un appel commun à plusieurs responsables religeux dans Le Monde du 9 mars contre la loi Clayes-Léonetti. Il déclare le lendemain sur internet qu’il soutient la loi. Puis le surlendemain une présentation du texte dans laquelle il dit à la fois que « la proposition de loi sur la fin de vie est examinée ce jour à l’Assemblée nationale, (…) représente un risque » mais « qu’il ne critique en rien la qualité et de l’équilibre de la loi Léonetti en faveur de laquelle (il) s’était exprimé. » Face à cette cacophonie qui perdure nous demandons un communiqué clair.

Nous nous étonnons d’une prise de position qui est contraire aux prises de position des Eglises unies d’Alsace-Lorraine et de « France de l’intérieur » ( l’Epudf et l’Epual), de la la FPF en janvier 2014, des travaux et réflexions de « grands laïcs » comme Didier Sicard et Pierre Encrevé. Pour la signature de ce texte, ni le Conseil de la Fédération, ni la Commission éthique et société n’ont été consultés. Quelle est donc cette façon bien solitaire d’exercer la parole collective ?
Pourquoi signer un texte à ce point éloigné de toutes ces réflexions riches et complexes qui nous rappellent qu’une parole qui fait le pari de l’intelligence démocratique doit assumer les nuances de gris plutôt que de tenter d’exister dans le débat public par du noir ou blanc contre-productif ?
Comme cela s’est passé sur le mariage pour tous, non seulement ce « front uni » des religions donne une image carricaturale du débat ethique et théologique dans la société civile chrétienne qui est bien plus divers mais il aligne l’éthique protestante sur l’approche la plus réductrice de l’éthique catholique.

Sur le fond, nous ne comprenons pas cette attaque contre une loi d’une incroyable prudence, n’allant sans doute pas assez loin par exemple sur la directive anticipée, ni la mise en place d’instance plus collective dans les prises de décision. Si nous nous plaçons sur le terrain de la réalité vécue par les personnes le problème n’est pas - comme souvent - d’être pour ou contre (en l’occurrence l’euthanasie) mais comment mettre des cadres pour protéger les plus faibles, c’est-à-dire actuellement les milliers de vies abrégées de manière sauvage en France, souvent en ne prenant en compte ni l’avis des familles ni celle des personnes concernées... D’ailleurs, nous nous étonnons qu’à aucun moment le texte des « responsables » religieux ne mentionne le désir ou la volonté du patient.
Par ailleurs, dans cette prise de position, la sédation profonde et continue est présentée comme un abus d’utilisation de la sédation qui viserait à donner la mort. Or, il n’en est rien. La sédation peut abréger la vie, mais la morphine (largement utilisée en soins palliatifs et ailleurs) aussi. Ce sont des effets "secondaires » des produits utilisés. La sédation profonde et continue est distincte de la "sédation" terminale ou létale, ou de la "sédation" progressive jusqu’à atteindre la mort.

Notre éthique protestante n’est ni de faire descendre de l’Olympe des principes divins sur le pauvre monde pécheur, ni d’asséner une lecture littéraliste du commandement de ne pas tuer qui fait violence au texte biblique mais une éthique de responsabilité qui assume la réalité au coeur du monde car ous croyons en un Dieu incarné et un Dieu vivant, jusqu’à la mort (et la résurrection).
Nous avons autre chose à dire qu’ "Amen" ou "vade retro" aux évolutions du monde : être imaginatifs pour minimiser les risques et maximiser les potentialités positives, être des levains créateurs dans la dialectique du monde pour préparer les chemins du Royaume... Y a de quoi faire.

Coordination du Mouvement du christianisme social,
le 11/03/2015

  • #1 Le 12 mars 2015 à 10:45, par Annie Chapon

    Je peux de temps en temps vous traduire des articles de l’espagnol au français
    Annie Chapon


  • #2 Le 12 mars 2015 à 10:57, par ZENTZ Pierre

    je suis entièrement d’accord avec cette protestation...le protestantisme en France est divers et nos instances doivent respecter cette diversité...nous n’avons pas de Pape en la matière et c’est seul en conscience et dans notre foi que l’on peut décider... je suis pour le suicide assisté et ne l’impose pas aux autres... mais qu’on ne nous impose pas une interprétation de la Loi...tu ne tueras pas...sans étudier les circonstances et les interprétations possible de cette façon de vivre ensemble...


  • #3 Le 12 mars 2015 à 13:03, par David Steward

    Je suis d’accord avec ce texte qui corrige avec justesse l’impression donnée par le Président de la FPF.
    On peut y ajouter ma signature.


  • #4 Le 12 mars 2015 à 17:05, par Giovanni Musi

    Je partage jusqu’aux virgules ce texte auquel je demande d’ajouter ma signaure.


  • #5 Le 12 mars 2015 à 19:26, par stéphane pahon

    Je partage complètenent ce qui est exposé dans cet article. Nos Eglises crève du refus du monde moderne qui se crée ici et maintenant.

    Protestant libéral je refuse de suivre une telle position sans pouvoir dire mot. Heureusement que nous n’avons pas un pape !

    Toujours dire non au monde : refus de bénir des couples gai, mais on doit les accueillir ! Refus d’aider à mourir quand l’insuportable est avéré,
    alors qu’on dit d’écouter !...Bref. Stop !!!


  • #6 Le 12 mars 2015 à 20:44, par maurin

    scandalisé par cette prise de position
    fils de pasteur aumônier maison de santéI
    ILs n’ont jamais été confrontés à la douleur voire à, ; la mort lente
    _


  • #7 Le 13 mars 2015 à 09:45, par Rodenstein Bernard

    Quand le courage vient à manquer aux chefs des institutions religieuses, même dans les Eglises où la culture du chef est fortement contestée et à juste titre !!!
    Une nouvelle occasion ratée pour un démarquage salutaire des protestants dans une problématique éthique aux conséquences lourdes sur de très nombreuses familles. J’ai personnellement été confronté à ces drames et je ne souhaite à aucun malade en fin de vie d’avoir à faire des "pontifes" qui prétendent vouloir sacraliser la vie jusqu’au bout alors qu’ils acceptent de la laisser se transformer en enfer. Il faut être sadique pour laisser quelqu’un dans un état de souffrance prolongée et sans perspective raisonnable de guérison. Nous devons l’allongement de nos vies pour une bonne part aux antibiotiques et à la chimie en général. Il convient aussi de les utiliser à bon escient pour mettre fin dans la dignité à une existence qui en est dépossédée par le mal qui la ronge.
    Bernard Rodenstein


  • #8 Le 13 mars 2015 à 10:19, par Michel Leconte

    Il ne faut pas confondre ceux dont la vie est en danger de mort du fait de l’oppression ou de la violence d’autrui, avec ceux dont la vie est en train de se terminer dans la souffrance du fait d’un processus biologique inévitable. Refuser l’aide à mourir sans trop de souffrance dans le second cas, c’est manquer à la plus élémentaire compassion vis à vis d’un prochain dans la douleur. Il y a une vie qui doit être à tout prix défendue et une autre qui ne mérite plus le nom de vie. La mort accordée peut être bienvenue pour qui la demande. Dans ce cas, abréger la vie par le double effet de la sédation n’est pas tuer, mais soulager. Seul le meurtre doit être proscrit. Où est la parole libre du protestantisme ?


  • #9 Le 13 mars 2015 à 11:27, par Jean-paul Morley

    Je partage aussi cette protestation, cette incompréhension et et cette déception.
    C’est ce texte de protestation qu’il faudrait transmettre aux médias, avec toutes ses signatures !


  • #10 Le 13 mars 2015 à 12:42, par Nathalie Leroy-Mandart

    Des débats sont en cours ou seront en cours dans les églises et temples, il est - comme en ce qui concerne le mariage ouvert à tous - dommage que des déclarations censées nous représenter anihlent ces discussions surtout quand les dîtes déclarations sont si ambigües....


  • #11 Le 13 mars 2015 à 17:25, par Stéphane Lavignotte

    En tant qu’ancien président du Christianisme social, je donne sans la moindre réserve mon accord et ma signature à ce texte bienvenu de protestation. Laurent Gagnebin


  • #12 Le 14 mars 2015 à 09:51, par d’Humières

    Des réflexions sont en cours dans l’Eglise protestante unie de France, je trouve que François Clavairoly est au mieux imprudent, quand il ne tient pas compte de la diversité de la FPF et d’une composante importante de la Fédération protestante. A la limite ce n’est ni équitable ni honnête. Comme simple protestant réformé, je proteste. Comme président d’un conseil presbytéral, je m’inquiète de cette dérive.


  • #13 Le 14 mars 2015 à 10:05, par Bruno ETIENNE

    Ce n’est malheureusement pas la première fois que « nos » instances font preuve d’ambiguïté ou de frilosité éthiques (et je n’emploie que des euphémismes) à propos de ce qu’il est convenu d’appeler les questions de sociétés... Je crains que l’air du temps qui pousse aux déclarations œcuméniques et interreligieuses ait conduit la FPF à aller un peu vite en besogne, semblant oublier que le protestantisme est divers. Je crois nécessaire de réaffirmer qu’il existe un courant libéral (théologique et social) qui peut ne pas se reconnaître dans les positions « officielles ». J’apporte donc mon soutien total à cette protestation.


  • #14 Le 14 mars 2015 à 11:50, par Ehrmann Yves

    Entièrement d’accord avec ce texte de protestation. La Fédération ne représente pas les protestants elle rassemble une famille et comme chacun sait dans cette famille les options et convictions sont très différentes et variées. Soutenir cette loi c’était pourtant une bonne occasion de montrer notre volonté d’engagement dans le monde tout en étant prudent et respectueux de la pensée des autres. Yves Ehrmann


  • #15 Le 15 mars 2015 à 13:00, par Peillon

    Souverain "haut dignitaire religieux" auto-proclamé qui signe, sans conscience excessive de son mandat, une bulle dogmatique, réactionnaire et totalement ignorante de la réalité de tant de fins de vie. Au nom de quelle vérité transcendante ? Ou, plutôt, dans quel intérêt institutionnel ?
    Antoine Peillon


  • #16 Le 15 mars 2015 à 13:26, par Michelle Annie COPIN

    Déléguée de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité à Paris 13, je suis aussi protestante . J’ai été très choquée par l’article paru dans le Monde avant le vote de la "nouvelle loi Leonetti".

    Je porte ma croix huguenote et j’ai "protesté" avec une autre croix huguenote : nous n’avons pas signé avec François Clavairoly.
    Michelle Annie COPIN
    Déléguée ADMD Paris 13ème


  • #17 Le 16 mars 2015 à 00:05, par Anne Marie Mathieu

    Dans ce texte on confond hypocritement l’euthanasie qui est le fait de donner la mort et le désir de mourir exprimé, réitéré par des déclarations anticipées.
    C’est assez malhonnête de la part des églises qui prétendent représenter l’ensemble des croyants.
    Vous pouvez ajouter mon nom à cette protestation car je partage aussi toutes les considérations qui précèdent.


  • #18 Le 16 mars 2015 à 16:58, par Augier Jean-Paul

    Je suis entièrement d’accord avec le texte du Christianisme social. Il n’est pas acceptable dans le protestantisme, qu’une "autorité" ne tienne pas compte de la pluralité protestante sur cette question.
    Vous pouvez, bien sûr, ajouter mon nom à cette protestation.


  • #19 Le 18 mars 2015 à 16:18, par yolande fourchard-gounelle

    entièrement d’accord avec ce texte


  • #20 Le 18 mars 2015 à 16:19, par yolande fourchard-gounelle

    celui du Christianisme social, bien entendu !!!


  • #21 Le 15 avril 2015 à 17:44, par hugues lehnebach

    Bravo pour cette réaction . Clavairoly est non seulement brouillon, mais complètement décalé.
    H. Lehnebach



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts