Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > AG du 13 mai 2017

Article publié

Assemblée générale du Christianisme Social

AG du 13 mai 2017

mercredi 4 octobre 2017, par :

L’assemblée générale du Christianisme Social s’est tenue le 13 mai 2017 à Paris

Rapport moral par Mathieu Gervais, président du mouvement

Notre précédente AG a eu lieu le 3 octobre 2015 au Foyer Protestant d’Aubervilliers. Le mouvement regroupait alors cinq communes : Lyon, Bordeaux, Drôme-Ardèche, Sud-parisien, Montmartre… Où en sommes nous aujourd’hui ?
On comptait 58 adhérents à jour de leur cotisation en janvier 2017. Le nombre de communes est le même qu’il y a deux ans, certaines développant plus d’activité que d’autres.
Notre mouvement est membre cotisant de la Fédération protestant de France (FPF). À ce titre, son président est régulièrement invité à certains événements, j’ai par exemple assisté à l’inauguration de la plaque commémorant la Saint Barthélémy, à Paris le 13 avril 2016.
Durant les deux dernières années, le Christianisme social (CS) a aussi établi et renforcé des liens avec d’autres associations et initiatives. Je pense en particulier à l’association Mémorial 98 (dont l’objet est de maintenir vivante la mémoire des génocides afin de contribuer à bâtir une société plus juste), qui a organisé le 9 novembre 2016 une commémoration de la Nuit de Cristal, à laquelle notre mouvement a été invité et où j’ai pu lire le texte qui a depuis été publié sur notre site. Je pense aussi au Forum de regards protestants, mouvement de réflexion au sein du protestantisme. Le CS a été un des coorganisateurs importants de la 4e convention du forum, qui a eu lieu le 13 décembre dernier à l’IPT. On peut aussi mentionner les relations de plusieurs d’entre nous avec des mobilisations citoyennes symboliquement importantes, telles que la mobilisation pour les populations d’Alep et de Syrie.
En plus d’exister et d’agir dans les liens établis avec d’autres mouvements, le CS s’exprime aussi à travers son site internet, lieu de débats actif. De nombreux articles y sont postés sur des sujets divers : réactions aux attentats, islamophobie, accueil de l’étranger, laïcité, mais aussi engagement politique, économie, théologie… Nous avions évoqué dans les AG précédentes la possibilité de formaliser un peu plus le rôle d’un comité de rédaction. Sans que cela ait été fait, on constate le bon fonctionnement de ce média.
À côté de cet espace, le CS s’est exprimé à plusieurs reprises dans la presse. Philippe Wender a coordonné le dernier cahier du CS dans Foi&Vie (sur une base régulière, la rédaction du journal confie la réalisation d’un cahier entier à notre association). Le sujet en était « Islam et protestantisme » et nous devons saluer sa très grande richesse. Sur le même thème on peut d’ailleurs mentionner la participation de plusieurs membres de notre mouvement à une journée contre l’islamophobie, qui s’est tenue le 18 décembre 2016 à Saint Denis ; ainsi que la signature d’une tribune dans l’Obs, le 12 avril 2016, intitulée « Monsieur Hollande, nous, protestants, disons non à la stigmatisation des musulmans ».
En se réclamant du Christianisme social, un petit nombre d’entre nous a aussi publié, en juin dernier, sur le site de Médiapart, une tribune intitulée « Il faut défendre l’État contre lui-même », qui dénonçait les violences policières.
Discussion générale et perspectives :
Lors de la dernière AG, en 2015, nous avions évoqué trois projets : 1.Faciliter la communalisation au niveau du Mouvement ; 2. Participer au débat public de façon théologique ; 3. Développer nos outils de débats et de prise de parole.
1. La première question, sur la communalisation, visait à améliorer le partage et la discussion entre nous. Sur ce sujet, notons le fait positif qu’un certain nombre de communes ont fait l’effort de poster sur le blog les résultats et compte-rendu de leur travaux. Dans ce qui reste en projet, on peut souligner que nous nous connaissons mal entre nous, que nous ne nous rencontrons pas assez. De fait, le site reste assez peu occupé par les communes et les espaces communs, les moments de rencontre propres à notre mouvement ne sont pas pléthore.
2. Le deuxième point renvoyait à une volonté de renforcer l’aspect théologique de notre identité et de nos prises de paroles. Là, on constate que les textes publiés sur le site ainsi que nos prises de paroles publiques sont marquées par la revendication de références théologiques : le cahier sur l’Islam dans Foi et Vie, nos interventions lors de la Convention du forum de regards protestants… revendiquent une lecture engagée des évangiles. Toutefois, la question de la dimension militante et subversive de la théologie aujourd’hui n’a pas été prise à bras le corps, le débat aujourd’hui sur l’actualité de la théologie de la libération dans le monde se veut une proposition dans ce sens. De plus, sur sujet on peut relever que les institutions protestantes ne semblent pas se soucier de notre avis et de la position théologico-politique que nous incarnons peut-être : nous n’avons plus une présence équivalente à ce qui existait lorsque certains d’entre nous participaient à la commission d’éthique de la FPF (la commission a été refondues) ; en tant que président je n’ai pas bâti de relation personnelle avec les membres éminents des institutions protestantes, qui n’en n’ont pas non-plus manifesté la demande.
3. Le troisième point se traduisait en questions très concrètes : faut-il une organisation plus structurée de la rédaction du blog ? Faut-il une revue du CS ? À ce sujet, et malgré l’impossibilité d’organiser durablement un groupe en charge du contenu rédactionnel, le site vit plutôt bien, il est lieu de débat et de publication d’articles de qualité. Toutefois, si le fonctionnement du site est simple et accessible à tous, on peut souligner que tout le monde n’a pas la même facilité à s’approprier l’outil et que tout le monde n’a pas la même appétence à l’écriture de textes. Cela peut parfois créer le sentiment d’une prise de parole déséquilibrée entre les différentes positions qui existent dans notre mouvement, c’est selon moi une source de tensions dont il faut discuter et à laquelle il faut trouver une solution. Par exemple, dernièrement le débat a été vif sur la question de l’abstention lors des élections présidentielles : plusieurs textes ont été publiés pour défendre l’abstention, ce qui a suscité beaucoup de commentaires hostiles à l’abstention mais sans qu’aucun texte complet ne soit publié pour défendre cette position.
Un mot enfin sur le projet d’une publication papier ou numérique du CS. Ce projet a été travaillé par un petit groupe de volontaires avec Patrick Van Dieren. Le projet n’a pas abouti, faute d’une disponibilité suffisante des uns et des autres, faute d’une solution simple quant à son financement.

Notre mouvement vit, à travers les activités de chaque commune et à travers des débats et prises de positions ponctuelles dans l’espace public protestant et parfois dans l’espace médiatique et militant.
Cette vie est limitée, se pose alors la question de notre efficacité, ce qui renvoie à la question de la gouvernance de notre mouvement et des tensions que peut susciter l’inégale participation des uns et des autres à nos réflexions. Cela renvoie aussi à notre volonté (ou non) de croître, de susciter de nouvelles communes et de gagner en visibilité.
Cette vie doit pour moi avoir pour objectif claire et toujours réaffirmée de faire exister une identité chrétienne engagée, qui tire son originalité de sa capacité à dialoguer de façon critique avec les mouvements sociaux d’une part, avec les institutions d’autre part. Il s’agit de défendre la force de l’évangile dans la construction d’un monde meilleur…

Rapport d’activité des Communes
Quatre communes actives actuellement :

Paris-Est :
Environ une dizaine de personnes : organisation d’un week-end, de plusieurs conférences et écritures de textes. La Commune se réunit environ une fois par mois et traite un thème par séance.

Sud Parisien :
Environ 16 personnes se réunissent une fois par mois, un dimanche. Elles Travaillent sur un thème annuel Ce thème conduit à l’organisation d’une journée de conférences une fois par an. Cette journée a eu lieu le 14 octobre 2016 sur le thème de la solidarité. 50 à 60 personnes y ont assisté.

Bordeaux :
Huit personnes se réunissent une fois par mois pour penser l’actualité en choisissant un thème, cette année « l’utopie ». Le groupe se forge des outils philosophiques, théologiques, économique et organise une conférence -débat sur le thème annuel.

Drôme Ardèche :
Olivier Maes précise qu’il ne s’agit pas réellement d’une commune mais un groupe de personnes qui a créé le collecif « Parole Commune » dont certains sont adhérents au CS. Ce collectif qui se réunit à Valence travaille sur l’interreligieux, organise des débats qui ont rassemblés 200 à 250 personnes et a mis sur pied une exposition « Tisser des liens d’avenir ».

Deux membres des Catholiques antifascistes, François-Xavier et Angélique se sont également présentés aux membres de l’AG du Christianisme Social.

Vote des instances : CA, bureau
21 votants au moment des votes.
L’AG du Christianisme social a élu le Conseil d’Administration suivant à l’unanimité moins une abstention :

Brigitte Chazel, Stéphane Lavignotte, Antoine Rolland, Philippe Wender, Mathieu Gervais, Marina Touilliez, Bertrand Marchand, Philippe Guttinger, Jean-Christophe Muller, Philippe Kabongo-Mbaya, Philippe Wender, Laurent Gagnebin et Eric Aeschimann.

Le CA a élu le bureau suivant à l’unanimité :
Philippe Kabongo-Mbaya, Président
Philippe Wender, Vice-Président
Xavier Garderet, Secrétaire
Bertrand Marchand, Trésorier


Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts